WOLOSSO OU WOROSSO : UNE TRADITION MILLÉNAIRE CHEZ LES MALINKÉ

0 898

Obtenez des mises à jour en temps réel directement sur votre appareil, abonnez-vous dès maintenant à Attoungblan.net.

À l’origine, les wolosso ou worosso, qui signifie « selon le lieu », « né à la maison », constituent une caste chez les Malinké comme les forgerons, les potiers, les griots etc. Leur spécificité est justement l’absence de pudeur. Pour un oui ou pour un non, elles peuvent se déshabiller en public, soit pour exprimer leur joie ou manifester leur mécontentement face à un évènement.

NDLR: Cela explique l’utilisation du mot par des artistes et les nouchiphones ivoiriens pour désigner les filles aux mœurs légères. 

Les wolosso qui sont une classe inférieure dans la société malinké, ne manquent aucune occasion pour rançonner les nobles, les forgerons et même les griots.

Dans ce contexte culturel, les wolosso sont objet d’hilarité. La société dans laquelle elles vivent tolère leurs agissements qui constituent l’essence même de leur existence. Elles ne dérangent donc personne. Et de par leur côté bouffon ils/elles sont considérés comme les fous du roi dans nos villages. C’est à cet effet qu’ils peuvent interpeller le chef du village, les dignitaires religieux à tout moment et en tout lieu ; à l’occasion des rassemblements sur la place publique ou dans la mosquée.

Dans les jeux d’alliance avec leurs alliés, car ils sont alliés de tout le village, les injures sont dirigées la plupart du temps sous la culotte sans aucune différence entre homme et femme. Les parents et grands-parents ne sont pas épargnés. Personne n’échappe à leur flot d’injures obscènes mais, encore une fois, cela ne dérange personne.

On retrouve les wolosso en pays djimini, du côté de Bondoukou et dans bien d’autres contrées. Leur style vestimentaire montre leur côté hilare. Les wolosso ou worosso sont aussi proches des gardiens de la tradition et c’est à ce titre qu’ils participent à toutes les danses de masque.

Qu’en est-il des wolosso que l’on retrouve dans les rues d’Abidjan ? Rien à voir avec la caste des wolosso ou worosso telle que décrite plus haut ; c’est un phénomène de mode impliquant souvent des personnes qui ne sont pas de la lignée des wolosso.

Par Awa Maya SAKANDÉ, Gaoussou TRAORÉ et COULYBALY Bamory

Université Virtuelle Internationale d’Alliances du VAIE-CI (UVIA)

Commentaires
Loading...
%d blogueurs aiment cette page :