VOYAGEUR

0 84

Obtenez des mises à jour en temps réel directement sur votre appareil, abonnez-vous dès maintenant à Attoungblan.net.

Inspiré du poème « Caminante » d’Antonio Machado, poète espagnol (1875-1939)

Voyageur, il n’y a pas de chemin;

Le chemin est sous tes pas.

A chaque foulée, tu le traces d’un pas…

Voyageur, il n’y a point de chemin.

Vas-y franchement et à pas sûrs.

Foulées et balancements de bras

Font ton chemin.

Voyageur, comme il est difficile de marcher !

On ne trébuche pas, couché sur le dos.

Les hauts et les bas raffermissent les pas.

Vas avec la Lune, ta lanterne,

Brillant par devant, par derrière,

Et des yeux à la nuque,

Pour ne point perdre ton chemin.

Rien ne sert de courir, il faut partir à point ;

Trop pressé, on reste en chemin :

Au galop ou au trot,

Nous arriverons au lieudit.

Chasser-croiser,

Au pas pressé, chemin de traverse.

N’est-ce pas qu’il est dans tes foulées ?

Voyageur, il n’y a pas du tout de chemin.

Ton chemin, ce sont ces pas tiens

Qui vont le traçant.

Ne vois-tu pas l’eau qui coule ?

Par YAO Nguetta, Boule de feu, p.161

Commentaires
Loading...
%d blogueurs aiment cette page :