«TU VAS ARRÊTER DE DIRE DES CONNERIES…SINON TU VERRAS…»

0 9

Obtenez des mises à jour en temps réel directement sur votre appareil, abonnez-vous dès maintenant à Attoungblan.net.

Ce sont là les mots qui promettent la mort au professeur Didier Raoult parce qu’il a décidé de sauver l’humanité. Il a vraiment de la chance, le professeur Raoult. Un chercheur africain n’aurait pas eu l’honneur d’une menace. Ils auraient joint l’acte à la pensée illico presto. Avec Raoult, c’est tout autre. Un esprit éclairé le sait, l’idée de l’assassinat du chercheur Didier Raoult a forcément germé dans les cerveaux obscurs des oligarchies occidentales. Mais deux raisons fondamentales militent pour lui.

D’abord, il est blanc. Ce n’est pas rien. Un peu de pudeur pour un frère de race. N’eut été cette peau blanche, le professeur Didier Raoult serait déjà passé de vie à trépas par les soins macabres des grandes firmes pharmaceutiques en connexion avec certains gros intérêts financiers occidentaux. Nous connaissons bien cette mainmise des grands clubs financiers qui gouvernent le monde. Mais hélas, le professeur Didier Raoult est mondialement connu en matière de maladies infectieuses même si son atypisme dérange beaucoup l’orthodoxie du milieu. Le faire taire juste après qu’il a été le premier scientifique à dire haut et fort les vertus de la chloroquine contre le coronavirus serait flagrant ; surtout qu’en ce moment de grand désespoir, il a été projeté sous les feux des médias avec cette onde de sympathie qui s’élève en sa faveur. Le fait est suffisamment ébruité. L’OMS serait épinglée, la France serait épinglées et toutes ces firmes pharmaceutiques également.

DE L’INCONSCIENCE À LA PEUR ET L’ÉTERNELLE QUERELLE DE CHIFFONNIERS

Ensuite, la seconde raison réside dans ces torrents continuels de morts qui endeuillent toute l’Europe, la Chine, encore une fois, ayant réussi à stabiliser le fléau en interne. Dans le même temps, en dehors du pavé lancé par le professeur Raoult qui est le seul maître de son savoir, aucun scientifique du ‘’sérail’’ n’a encore découvert la potion magique. Que faire? Laisser sombrer irréversiblement et honteusement l’Europe, toute chose qui consacrerait sa perte définitive de prestige et la descente brutale de tous ses pays à un niveau intermédiaire dans le monde des grands?

En de telles circonstances, seule la malhonnêteté les tirera d’affaire. Ils continueront d’accabler officiellement le pauvre médecin mais le fait est là, l’hydroxychloroquine dont il a vanté l’efficacité. Ils n’auront pas d’autres choix ; déjà, dans une formule sibylline, le haut conseil de la santé publique, par la voix du ministre de la santé déclarait qu’on doit n’utiliser la chloroquine que pour des ‘’formes graves’’. À Abidjan, on dirait ‘’ça vient un peu un peu’’. Ainsi, loin des médias, officieusement, toute honte bue, cette molécule fera l’objet d’essais cliniques, quitte à ne pas couronner de lauriers son promoteur. Nous autres en Afrique ici qui ne pouvons rien, il ne nous reste que la prière pour soutenir ce brave médecin humaniste car un adage bien de chez nous enseigne que lorsqu’on manque de moyens pour monter au front dans une guerre, on encourage au moins les vaillants combattants ; nos encouragements, les plus puissants qui vaillent, ce sont les prières. IN GOD, WE TRUST.

Par Frédéric GNÉZÉ

Commentaires
Loading...
%d blogueurs aiment cette page :