SOLIDARITÉ DE CORPS DANS LA NOBLESSE (3ème Partie et Fin)

0 17

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Le point commun à ces deux histoires est le regard rétrospectif porté sur l’enseignant et qui détermine sa place dans le cœur de ceux qu’il a façonnés, et parfois au-delà. Cela fait de lui l’Alpha de toute vie intellectuelle et également du parcours de toute intelligentsia qui dirige une société. Parce que son credo n’aura été que dignité et noblesse sans pour autant avoir fait vœu de pauvreté.

Sur la base de ce qui a été développé supra (en 1ère partie) et qui entrevoit la machine de la fraude sous un aspect humanoïde, il me paraît intéressant de m’arrêter sur LE CŒUR, qui a trait à l’enseignant. Le cas de l’enseignant me semble digne d’intérêt ici car il est le seul à pouvoir agir sur les trois autres dimensions au moyen de trois leviers à sa disposition.

Contre la dimension idéologico-politique, il peut actionner le levier de citoyen par des actions citoyennes, civiles et politiques pour réorienter les choses. Ou bien il peut par le deuxième levier, syndical (encore faut-il qu’il soit syndiqué et en ait la discipline), car son intérêt moral et même professionnel sont en jeu. Le troisième levier (déontologique et éthique) lui permet d’influer positivement sur la dimension ‘cible’ et de se démarquer de la ‘‘pression’’ de la dimension socio-financière. Mais entendons-nous bien : il ne s’agit pas ici d’aller jouer les Zorro dans d’autres secteurs jugés corrompus.

SOLIDARITÉ DE CORPS DANS LA NOBLESSE (2ème Partie)

Là où existe l’homme, la bêtise n’est jamais loin. Nous sommes tous hommes, donc faillibles, donc sujets à la bêtise. Ce qui nous fatigue c’est de vouloir soutenir et défendre l’indéfendable. Faire porter à l’enseignant seul le fardeau de la fraude est injuste. Comme vouloir l’absoudre de toute responsabilité dans cette infamie grandissante, parce que toute la société jusqu’au sommet y serait trempée, me semble gros. Plus gros encore est d’appeler à la solidarité de corps, non pas contre le fléau, mais contre toutes les voix qui le dénoncent. Je ne reviendrai pas sur ma publication récente! Alors que cette solidarité de corps avait été réclamée en vue de soutenir la lutte pour l’amélioration des conditions de vie et même de travail du corps enseignant. Elle est venue mais est allée decrescendo… En attendant de se faire reconquérir plus tard.

Tout ce qui est demandé à l’enseignant c’est de faire sa part dans cette atmosphère de tricherie généralisée en s’acquittant de sa tâche. Sans zèle, ni négligence. Ainsi sera-t-il prêt à dire, par syndicat interposé, à l’Autorité ses ressentiments, indignation et revendications légitimes. Avouons qu’il lui sera difficile de le faire en traînant ses casseroles, grelots et boulets de tricherie. Même si l’on reconnaît que le mal devient endémique.

Au demeurant, si nous laissons de côté l’aspect « vertueux » et « sacerdotal » de la question, quand l’enseignant s’adonne à la pratique que récolte-t-il, comparé à ceux des autres corporations qu’il veut imiter? Le RSI (Retour Sur Investissement) est proprement insignifiant, surtout en y incluant le facteur Prise de risques. Si la pratique permet à ceux d’autres corps d’assurer leur carrière, construire leur vie et de se ménager une retraite dorée jusqu’à leur progéniture, celle de l’enseignant arrive à peine à couvrir ses plaisirs d’un mois. Encore moins s’attacher les services d’un avocat au cas où. Car sur lui, le couperet de la sanction s’abattra toujours avant toute investigation ou explication.

Puisqu’il est celui qui a le plus à perdre en voulant s’engager sur ces chemins tortueux, comme les autres, il ne lui reste qu’à garder la posture dans laquelle il a tout à gagner : celle de la dignité et de la noblesse. C’est dans ce champ que sa SOLIDARITÉ DE CORPS devrait s’exercer pour rester viable.

Soutenir cela ce n’est pas faire du moralisme ou du puritanisme à deux balles. L’enseignant transmet des connaissances en même temps que des valeurs. Quand on enseigne, on éduque. Quand on éduque, on est obligé de moraliser ! À la maison, qui encourage ou apprend à ses enfants à mentir, à voler, ou à frauder au motif que cela se fait dans toute la société et est consacrée par les dirigeants du pays ? Alors !? ….

Par Mamadou TRAORÉ

Comments
Loading...
%d blogueurs aiment cette page :