SOLIDARITÉ DE CORPS DANS LA NOBLESSE (1ère Partie)

0 13

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Pendant les élections politiques, les débats ont une couleur politique. En période de CAN, on parle Foot. Au village, en saison des pluies, les conversations tournent autour de l’actualité des champs. Il est donc normal qu’en période d’examens l’on parle de ce qui s’y passe, y compris de LA FRAUDE. Comme en d’autres temps, la grève était au cœur des échanges. Surtout dans un espace qui y est dédié. C’est donc ce fléau en croissance marquant l’actualité scolaire qui est encore l’objet de notre préoccupation. En voici ma perception. Pour moi, la lourde machine de la fraude s’appréhende en quatre dimensions : ‘idéologico-politique’, ‘alimentation socio-financière’, ‘intellectuelle’ et ‘cible’.

EST-CE UN CRIME QUE DE PRÉVENIR LES SIENS CONTRE LE MAL ?

1. DIMENSION IDÉOLOGICO-POLITIQUE

Elle peut être considérée comme une explication lointaine du phénomène, l’inspiration politique passive qui l’aurait engendré régimes après régimes. Ce qui se traduit aujourd’hui par une primauté donnée à l’excellence…factice : passages systématiques entre les Cours au Primaire, quête constante de taux de réussite de plus en plus élevés au détriment du niveau de connaissance… La multiplication de la prévarication et des scandales financiers impunis contraste avec le discours ambiant de sensibilisation et de lutte contre la fraude et la tricherie. Les décisions officielles pour moraliser la vie publique font plus sourire que peur. Du coup, consciemment ou inconsciemment, le citoyen est enclin à imiter le modèle que lui renvoie sa haute classe dirigeante.

2. ALIMENTATION SOCIO-FINANCIÈRE

À côté de quelques rares raisons affectives, le carburant qui alimente principalement la machine de la fraude, c’est l’ARGENT. Importe peu sa couleur, son origine. Il émane de toutes les couches de la société. Cela part du gros bonnet de la haute société à la petite vendeuse de beignets qui aura épargné sou après sou pour la cause, en passant par les fonds issus de collecte familiale. Ici, il n’y a pas de délit. Ce n’est qu’un investissement, un placement qui entrera en production bientôt… Chacun finance directement ou indirectement le funeste projet mais ne l’assumera jamais. Sinon qu’en compagnie des sachants ou des semblables. En fin de compte, toute la société est COACTIONNAIRE dans la vaste entreprise de la fraude. Cette dimension est surtout le point de jonction entre l’aspect idéologico-politique sus évoqué et l’aspect social pour encourager le phénomène et partant, donner vie à la culture de la facilité, du raccourci. L’excellence s’en trouve brimée et la médiocrité primée. Exit donc le mérite.

3. LA DIMENSION INTELLECTUELLE

Elle est incarnée par l’enseignant. Après avoir dispensé les enseignements, c’est lui qui conçoit les évaluations (épreuves), corrige, prend une part plus qu’active dans l’organisation pratique de l’examen (secrétariat, interrogation, surveillance, correction, délibération…). Ce qui le rend INCONTOURNABLE, quoique n’étant pas grassement récompensé ni licitement ni illicitement (quand il participe activement à la fraude). Il n’est pas le maître à penser de la chose (au sens idéologico-politique du terme) mais il est celui sur qui l’ont fait reposer la lourde machine. Le drame, c’est lorsque lui-même prête les épaules pour. En d’autres termes, toute personne étrangère au système (parents de candidats, candidats, parfois collègues…) passera généralement par lui. Par exemple, et par extension, on remarquera que pour certains concours, des enseignants intervenant dans ces grandes écoles d’accueil sont des portes d’entrée de ‘réseaux’ souvent via les cours de préparation organisés. Le futur candidat est même plus rassuré par cette qualité qui opère mentalement comme une garantie morale. Heureusement que tout ne se passe toujours pas comme souhaité.

4. LA CIBLE

C’est le candidat. Il passe pour le bénéficiaire mais en réalité est la victime du système. La fin justifiant les moyens. Même ceux interdits… Il n’est que le produit de l’environnement dans lequel il évolue avec ses modèles et ses contre-modèles, ses héros et ses antihéros, ses conseils bienveillants et ses conseils malveillants, ses pratiques vertueuses et ses pratiques vicieuses… C’est pourquoi je suis plus sensible au cas de ces candidats généralement mineurs des examens à grand tirage. Ils sont jeunes et encore à modeler. Rien ne les oblige à emprunter ce raccourci infamant parsemé de risques pour leur futur. À ces examens, on n’ajournera jamais un candidat ayant bien travaillé au profit d’un autre qui aurait payé.

Perçue ainsi, la machine de fraude à l’école peut être assimilée au corps humain avec la dimension idéologico-politique comme la TÊTE ; la dimension intellectuelle comme le CŒUR ; la dimension socio-financière comme le SANG qui irrigue ce corps. Tous les trois, éléments vitaux sans lesquels mourraient simplement les MEMBRES, dont l’ensemble constitue la dernière dimension, la cible.

Suite: SOLIDARITÉ DE CORPS DANS LA NOBLESSE (2ème Partie)

Par Mamadou TRAORÉ

Comments
Loading...
%d blogueurs aiment cette page :