SILANG 2019: ATTOUNGBLAN.NET RENCONTRE LE DR YAO N’GUETTA (1ère Partie)

0 72

Obtenez des mises à jour en temps réel directement sur votre appareil, abonnez-vous dès maintenant à Attoungblan.net.

Cette rencontre, qui a duré environ 1 heure, a eu lieu le jeudi 19 septembre 2019 à 09h41 à l’Université Félix Houphouët-Boigny d’Abidjan.

Attoungblan.net: Bonjour Dr. Yao N’guetta. Merci de recevoir ce matin l’équipe d’Attoungblan.net. Cette interview s’inscrit dans le cadre des préparatifs de la IV édition du Salon International des Langues et Cultures (SILANG), qui se tiendra du 15 au 17 octobre prochains ici même à l’Université Félix Houphouët-Boigny d’Abidjan. Vous avez participé aux trois éditions passées, ce qui dénote bien votre intérêt pour la question de nos langues et cultures. Mais avant de rentrer dans le vif du sujet, qui est le Dr. Yao N’guetta?

Dr. Yao N’guetta: Le Dr. Yao N’guetta est enseignant-chercheur au Département d’Études Ibériques et Latino-Américaines à l’UFR LLC à l’Université Félix Houphouët-Boigny de Cocody. Quand j’ai dit ça, ça veut dire quelque chose mais ça ne veut rien dire. Tout à l’heure tu parlais de langue. Je suis Agni,  je parle agni. Je pense que chacun de nous doit porter sa langue et sa culture vers le haut… Il y a une Camerounaise qui disait qu’il faut aller vers les autres avec ses propres certitudes. Mais l’une de nos certitudes ce sont nos langues et nos cultures. C’est la base à partir de laquelle on peut s’élever… C’est une préoccupation que je traîne depuis longtemps et qui, avec les années, est en train de se traduire en acte.

Attoungblan.net: Bien qu’il y ait un début de réponse dans ce que vous venez de dire, qu’est-ce qui explique vos participations régulières au SILANG ?

Dr. Yao N’guetta: Je fais partie d’un groupe qui s’appelle « Académie des langues et cultures ». Certains parmi les acteurs des langues, nous nous sommes mis ensemble pour mettre en place une structure. Parce que ce qu’il nous manque souvent ce sont les outils pour agir. Une structure qu’on met en place est un outil. Nous avons bien voulu le faire pour nous retrouver dans un cadre d’échange, de réflexion, porter une ambition commune… Et à l’une de nos réunions, il y a eu un jeune homme que nous ne connaissions pas, qui est venu en passant par le ministère de la culture, nous a retrouvé à la réunion et nous avons échangé par rapport à ses ambitions. À la limite, c’était comme si nous étions dans le même cadre, donc on s’est intégré… Et depuis la première édition, je participe avec mon association.

Attoungblan.net: Parlez-nous de cette association.

Dr. Yao N’guetta: Elle s’appelle Sekeduá-Bosokpin. Ce nom renvoie à un arbre résistant, fort (Sekeduá)… Ça veut dire aussi la racine principale, le socle. Quant à Bosokpin, c’est la lumière régénérée. C’est l’idée de lumière, mais d’une lumière appelée à se régénérer… On a mis en place cette association qui développe une vision. Une fois j’étais avec un grand-frère et je lui parlais de travailler sur une idée. Et il me dit, c’est dans quel agni ? Je lui ai répondu que moi je n’étais pas dans cette vision. Je sais qu’il y a eu des travaux sur tel ou tel agni, c’est bien, c’est une base… Mais il nous faut avoir une vision inclusive. L’agni est 1 avec plusieurs branches. On ne doit enlever aucune, on ne doit en privilégier aucune. Celui qui sera maître de l’agni, c’est celui-là qui en parlera aisément toutes les variantes dialectales.

Attoungblan.net: Depuis combien de temps existe l’Association Sekeduá-Bosokpin ?

Dr. Yao N’guetta: Elle existe depuis 2017. Nous avons vocation à mobiliser tous les Agni, tous ceux qui aiment la langue, la culture, qui la pratiquent et qui ont un intérêt particulier pour le développement durable de nos langues et cultures. C’est dans cette optique que nous travaillons. Ce sera la quatrième fois que nous allons participer au SILANG. Je suis moi-même membre du Comité scientifique du Salon. Nous travaillons ensemble avec le jeune Commissaire général, Armel Akonda. J’ai été admiratif de voir un plus jeune porter un tel projet, parce que même les plus âgés n’y pensent pas, certains ont abandonné. Mais l’histoire ne s’arrête pas, elle continue tant qu’il y a des hommes qui veulent avancer.

Suite: SILANG 2019 : ATTOUNGBLAN.NET RENCONTRE LE DR YAO N’GUETTA (2ème Partie)

LA RÉDACTION

Commentaires
Loading...
%d blogueurs aiment cette page :