SAN-PEDRO, LA GRANDE OUBLIÉE

0 96

Obtenez des mises à jour en temps réel directement sur votre appareil, abonnez-vous dès maintenant à Attoungblan.net.

Deuxièmement ville portuaire de la Côte d’Ivoire, ville placée dans la boucle du cacao, l’une des mamelles de l’économie ivoirienne, ville où toutes les grandes entreprises de la place ont une représentation, véritable poumon économique.

San-Pedro est inaccessible. La route qui mène à cette ville est impraticable depuis plus de dix ans. La distance qui la sépare d’Abidjan est de 320 km. Pour s’y rendre, il faut faire le détour par Gagnoa, soit plus de 600 km.

Fort curieusement, cette ville ne fait pas partie des priorités des gouvernements qui se sont succédé sous le régime de l’Émergence.

Nous avons du mal à comprendre pourquoi une ville aussi stratégique ne fait pas partie des priorités des gouvernements Duncan et Gon. Quelles sont les priorités de l’État de Côte d’Ivoire et sur quelles bases fixe-t-il ces priorités? Quelles sont les raisons réelles de sacrifier San-Pedro?

L’échangeur en face de Solibra, le métro d’Anyama urgent-ils par rapport à la Côtière? San-Pedro est devenue la grande oubliée. Une ville en complète déliquescence, des voies non réhabilitées ou partiellement réhabilitées, des écoles publiques aux effectifs pléthoriques, une ville au visage sale, terne et même lugubre. Un hôpital général sous-équipé incapable de traiter un AVC hémorragique, et où le coût d’évacuation par ambulance publique est de 500.000F. L’université et le lycée des jeunes filles promis n’ont jamais vu le jour. San-Pedro la grande oubliée, c’est une honte!

Par Kyfi Kpassagnon ZOGBO

Commentaires
Loading...
%d blogueurs aiment cette page :