RESTER EN CLASSE, 20 OU 30 ANS: CRIME, GLOIRE OU CHÂTIMENT?

0 67

Obtenez des mises à jour en temps réel directement sur votre appareil, abonnez-vous dès maintenant à Attoungblan.net.

I- AVANT 2009

Jusqu’en 2009, le profil de carrière des enseignants n’était qu’un rêve éveillé de syndicalistes. Instituteurs et Professeurs du secondaire gardaient la classe et n’en pouvaient sortir qu’à l’occasion de rares concours, de détachements ou de nominations par des IEPP. On pouvait ainsi croiser, 25 ans après, son maître du CP1 toujours chargé de cours. Ces hommes de métier, nos formateurs, blanchis sous le harnais, on les retrouvait alors vieillis, fatigués, voûtés, parfois malades et plus malheureux…

Rester en classe plus d’un quart de siècle équivaut à enseigner deux générations d’enfants avec leurs caprices et leurs éducations respectives. Ce n’est pas tout. Les récentes inflations du droit des enfants et les nombreux tâtonnements pédagogiques (PPO, FPC, APC…) sont plus contrariants pour les doyens dont la formation continue s’apparente souvent au supplice et au grand écart. La classe dévore, la passion de la craie s’étiole avec le temps…

II- DEPUIS 2009…

Honneur à tous les syndicats d’enseignants qui ont porté le combat du profil de carrière. Depuis lors, c’est l’effervescence. L’ENS est devenue une ruche bourdonnante. Les promotions s’enfilent, de conseillers et d’inspecteurs, après seulement quatre ou cinq années de craie. L’engagement décennal est caduc, les barrières ont sauté, l’espoir est permis… Savez-vous le bond prodigieux qu’opère un instituteur qui passe IEPP, de la catégorie B3 à A3!

Ils ont raison, ces jeunes, de refuser de pourrir en classe, trois décennies durant, tandis que leurs collègues, devenus administrateurs travaillent au split, et pivotent sur des fauteuils rembourrés. Deux conseils pour terminer:

1- Ne bégayez jamais devant la Fortune, elle passera au pas de votre porte, et même si vous avez échoué deux, trois ou dix fois, essayez toujours, tant que vous pouvez écrire.

2- Si vous avez renoncé à passer des concours, essayez les affaires, soyez entreprenants et courageux. Car, l’argent, croyez-moi, c’est un redoutable vaccin contre certaines frustrations de la vie!

Par Mamadou TOURÉ, Libre Penseur

Commentaires
Loading...
%d blogueurs aiment cette page :