QUAND APPIA RACONTE LE MAFA-MAFOU

0 322

Obtenez des mises à jour en temps réel directement sur votre appareil, abonnez-vous dès maintenant à Attoungblan.net.

À environ 100 km d’Abidjan, au sud de la Cote d’Ivoire, se trouve la ville d’Adzopé, capitale de la région de la Mé. Connue aussi comme la « Cité des ecargots », les autochtones en sont les Attié ou Akyé, grands consommateurs de ces mollusques succulents. Ceci explique donc cela. Les Akyé font partie du groupe des Akan lagunaires. Adzopé fait frontière avec d’autres villes akyé telles que Yakassé-Attobrou, Akoupé, et une cinquantaine de petits villages dont l’un retient ici notre attention.

Il s’agit de Bécédi-Brignan. Chaque année, des milliers de personnes y accourent, attirées par une montagne située à 7 km : le Mafa-Mafou. La légende de Soutilé, ou plutôt une certaine version, serait partie de cette montagne ; car de nombreuses versions de cette histoire sont connues de par le monde. Faites donc corps avec la vérité cachée en partie, puisque je suis de la région et ai été témoin de ce qui se raconte de cette légende de génération en génération.

Le Mafa-Mafou est constitué en réalité de deux montagnes peu éloignées l’une de l’autre : la montagne mâle, dite des hommes, très large et pas très haute ; et la montagne femelle, dite des femmes, semblable à une corne et plus haute. La légende révèle que les villageois avaient été désagréables avec le génie et que ce dernier, une fois parti, les avait maudits. Les infortunés se transformèrent en pierres en formant deux blocs, l’un par les hommes et l’autre par les femmes ayant subi le même sort.

La montagne femelle est la plus visitée des deux. Elle attire du monde grâce à sa beauté et au paysage extraordinaire qui l’entoure. On la visite une fois par an, précisément entre le mois d’août et le mois de septembre. Pour les habitants de la région, ce pèlerinage est devenu une culture, voire un culte, un rituel d’adoration au génie protecteur des lieux, symbole de la générosité.

Mafa2B6

Avant de s’y rendre, le visiteur est soumis à des règles qu’il se doit de respecter ; et dont les plus basiques sont de se vêtir de blanc, de s’abstenir de rapport sexuel la veille. L’accès est interdit aux femmes enceintes. Une fois sur les lieux, le touriste doit s’enduire le corps de kaolin depuis le village. Interdiction formelle, pendant la visite, de faire preuve de méchanceté ou d’égoïsme, car c’est bien à cause de ces défauts que le génie avait maudit les villageois. Après la visite, personne ne doit emporter quoi que ce soit chez lui. Quiconque enfreint l’un ou l’autre de ces préceptes s’expose à une malédiction.

Le Mafa-Mafou se trouve au milieu d’une forêt et les touristes ont la possibilité de l’escalader jusqu’au sommet d’où les montagnes jumelles offrent un panorama resplendissant. Personnellement, je n’y suis jamais monté mais les témoignages disent que du sommet l’on peut voir une partie de la ville d’Agboville et qu’il s’y trouve aussi une forêt, ainsi qu’un lac qui ne tarit ni ne déborde jamais pendant toute l’année.

Pour vérifier ces informations, je vous propose de vous rendre à Bécédi-Brignan dans le département d’Adzopé. Entre août et septembre pour une visite touristique. Mais il est aussi possible de faire des visites personnalisées avec l’aide d’un guide.

Par Gildas APPIA

Commentaires
Loading...
%d blogueurs aiment cette page :