PROVERBES DE CHEZ NOUS (7) : « KOKOWEFUΕ BOBO YΕ O YI NWUN AGBA DILΕ NUƆ̃. »

0 110

Obtenez des mises à jour en temps réel directement sur votre appareil, abonnez-vous dès maintenant à Attoungblan.net.

« C’EST LE LÉPREUX LUI-MÊME QUI SE RETIRE DU GROUPE DES MANGEURS DE FOUTOU MANIOC. »

La lèpre ou « kokowé », « kokobé » est, selon Le Grand Robert, une maladie infectieuse et contagieuse due au bacille de Hansen (découvert en 1874 par le Norvégien Gerhard Hansen). Cette maladie provoque généralement des mutilations involontaires sur les sujets atteints. Ainsi, à part les tâches multiformes sur le corps, les malades ont les doigts et les orteils coupés.

C’est ce handicap qui explique le proverbe : « Kokowéfuε bôbô yε ô yi nwun agba dilε nuɔ̃ » ou « C’est le lépreux lui-même qui se retire du groupe des mangeurs de foutou manioc ». Personne ne le pousse à renoncer à manger. Il le fait de lui-même, volontairement, car il connaît ses faiblesses en la matière. En effet, ne possédant pas de doigts pour couper le foutou collant de manioc, il refuse de participer au banquet au menu duquel figure, en bonne place, ce mets. S’il commet l’erreur de se joindre aux autres pour partager ce repas, il aura honte.

Ce proverbe conseille à tout être humain de reconnaître humblement son incapacité à accomplir une tâche et de décider de renoncer au bon moment de s’y essayer de peur d’avoir honte.

Pour vous, chers lecteurs, qui parcourez ces lignes, avant de vous engager dans tout domaine d’activité ou de lutte, rappelez-vous toujours que « C’est le lépreux lui-même qui se retire du groupe des mangeurs de foutou manioc ». N’oubliez surtout pas de renoncer quand il est encore temps.

Par DJLAGNY

PROVERBES DE CHEZ NOUS (8) : « BE TCHƐ̃TCHƐ̃ MÃ WΕTRΕWA WUMÃ BA. »

Commentaires
Loading...
%d blogueurs aiment cette page :