PROVERBES DE CHEZ NOUS (5) : « BE KLEMÃ MÃTUÃKÃ GNAMIENKPLI »

0 81

Obtenez des mises à jour en temps réel directement sur votre appareil, abonnez-vous dès maintenant à Attoungblan.net.

« ON NE MONTRE PAS LE CIEL À UN ENFANT. »

Le ciel est très vaste. Tout le monde le voit, même les enfants. Nul ne peut l’ignorer, à part les aveugles de naissance. Ce proverbe baoulé demande aux personnes de respecter leurs aînés. Comme l’a dit l’écrivain et traditionaliste malien Amadou Hampâté Bâ, auteur de l’Étrange Destin de Wangrin : « Un vieillard qui meurt, c’est une bibliothèque qui brûle ! » Cela traduit la sagesse et tout le savoir immense du vieillard qui est comparable à une bibliothèque que les jeunes générations doivent visiter régulièrement pour apprendre à vivre correctement. Ils doivent du respect à ces savants et doivent les écouter pour réussir.

Quand un enfant tente de faire quelque chose comme se marier, faire un champ, aller en voyage, se faire des amis, entreprendre une activité, etc., le vieillard lui donne des conseils. Quand il ne l’écoute pas, il lui dit : « Fais ce que tu veux, on ne montre pas le ciel à un enfant ». Généralement, le jeune finit par échouer et revient vers l’aîné pour apprendre. Il peut se brûler le doigt ou rencontrer un malheur.

Pour bénéficier des enseignements des vieillards et par reconnaissance, leurs enfants vivent avec eux jusqu’à leur mort, contrairement aux Européens qui les envoient en maison d’asile. Les Africains agissent ainsi car, pour eux, les vieillards sont toujours utiles. Écoutons-les ! Ne nous entêtons pas quand ils nous donnent des conseils ! Le jour où quelqu’un refuse d’écouter un aîné, qu’il n’oublie pas qu’« on ne montre pas le ciel à un enfant », il y a de bien meilleurs conseils à lui donner pour l’aider dans la vie.

Par DJLAGNY

PROVERBES DE CHEZ NOUS (5) : « BE KLEMÃ MÃTUÃKÃ GNAMIENKPLI »

Commentaires
Loading...
%d blogueurs aiment cette page :