PÔTÔ-PÔTÔ: LE SUBSTANTIF ET L’ADVERBE

0 22

Obtenez des mises à jour en temps réel directement sur votre appareil, abonnez-vous dès maintenant à Attoungblan.net.

Selon le dictionnaire de la langue française, «poto-poto» (pôtô-pôtô) désigne, en Afrique noire, une «boue séchée servant à construire des murs», c’est aussi la «vase piégée entre les racines de la mangrove et dans les marais littoraux tropicaux». Comme tel, le mot est un substantif, un nom masculin invariable.

Mais, en réalité, quand nous disons «pôtô-pôtô», allusion est surtout faite à la boue encore fraîche et humide dont l’aspect visqueux est justement exprimé par ce néologisme qui a tout d’une onomatopée. Car «pôtô-pôtô», c’est un peu le bruit qu’on produit quand on marche dans cette boue. 

C’est même en vertu de cette caractéristique que «Poto-Poto» est devenu, depuis 1900, le nom de l’un des plus anciens quartiers populaires centraux de Brazaville au Congo. Wikipédia précise que le quartier a été fondé «à la place de marais peu salubres et de la localité pré-coloniale d’Okila», c’est-à-dire à un endroit autrefois couvert de boue.

Cette perception est d’autant plus plausible que, lorsque le même terme est utilisé comme adverbe, on l’applique notamment à la façon de bouillir d’une sauce qui est au feu et qui fait pôtô-pôtô-pôtô... Mieux, quand une sauce est lourde, on dit qu’elle est «pôtôôô comme ça…». Si bien que, d’un bout à l’autre, «pôtô-pôtô» peut renvoyer à la boue où à une sauce qui bout.

Par Dr. Paul-Bathesty DROMBÉ

Commentaires
Loading...
%d blogueurs aiment cette page :