PETIT LEXIQUE NON EXHAUSTIF À L’USAGE DU TOUBABOU DÉBARQUANT EN CÔTE D’IVOIRE…

0 41

Obtenez des mises à jour en temps réel directement sur votre appareil, abonnez-vous dès maintenant à Attoungblan.net.

Aaaaaah yakoi?! Expression qui dénote l’exaspération.

Affairage: rumeur, ragot, commérage. (S’) affairer: ragoter, parler de. Un affairé (syn: un kpakpato): une personne qui aime se mêler de ce qui ne la regarde pas. Ex: Bon, affaire-moi un peu: quelles sont les nouvelles?Vraiment, ces filles-là ne font rien que s’affairer!

Annnhannnn! Par cette onomatopée généralement bien appuyée, votre interlocuteur vous signifie que le message est enfin passé.

Atouh! Marque d’affection. C’est ce qu’on dit quand on s’embrasse ou que l’on se prend affectueusement dans les bras par exemple.

Avoir des foutaises: exagérer, déconner (connotation négative).

Avoir la bouche sucrée, faire sa bouche sucrée: se montrer mielleux ou obséquieux, minauder, amadouer.

Avoir un son: avoir un scoop, une nouvelle ou une blague à partager.

(Être) bahi: être malchanceux. Ex: Rien ne lui réussit, il est bahi.

Bangala: du portugais « cana de bengala ». Terme populaire pour désigner le pénis. Ex: Affaire de bangala là, si tu promènes trop avec les toutous, après tu as le sida!

Bara: travail.

Bédou: portefeuille.

Béou: s’en aller, filer, foutre le camp. Ex: Béou en vitesse avant que je me fâche!

Bien même! Sert à renforcer un énoncé affirmatif. Ex: -Tu as préparé l’exposé? / -Bien même!

Blaguer: jouer un mauvais tour à quelqu’un, faire marcher, duper, rouler dans la farine. Ex: C’est quel faux marabout ça? Il m’a blagué pour m’escroquer!

Boutique-cul, faire boutique son cul: prostitution; se prostituer, faire le trottoir. Ex: Sa soeur fait boutique son cul à Abidjan.

Bramôgô: bra (du français « bras ») + môgô (du dioula, « homme »). Bras droit, ami, homme de confiance, confident. Ex: Michel et Gérald sont mes bramôgôs. Synonyme: gars sûr. Ex: Michel et Gérald sont mes gars sûrs; tu peux compter sur eux.

Brouteur: cyber-escroc qui arnaque des mugus (pigeons) sur le Web et va ensuite flamber en boîte avec son argent mal acquis (version courte).

Cadeau: gratuit. Ex: Faut prendre cadeau pardon! (C’est pour toi, c’est cadeau).

Caler: squatter, être posé. Ex: -Djo on dit quoi, tu es où là ? / -Je suis calé à la maison (Je suis posé tranquille à la maison)

Ça fait deux jours! Ça fait un bail!

Ça a coupé mon cœur! Ça m’a fichu une frousse monstre!

Ça mange pour toi! Ça roule pour toi!

Ça ment sur moi: c’est chaud sur moi; c’est dur, c’est compliqué.

Ça ne ment pas: c’est de top qualité. Ex: Le gars-là ne ment pas, pour parler d’un homme séduisant. Également applicable à un produit, un service ou autre dont on fait la promotion.

Ça va aller: expression incontournable de l’indéfectible optimisme ivoirien. On l’utilise au moins autant que « Yako », son alter-ego compassionnel.

C’est comment? Alors, quelles nouvelles/qu’est-ce que tu racontes de beau? Expression panafricaine dont l’équivalent ivoirien est: -On dit quoi? / -On est là!

C’est doux dêh! Expression du contentement typiquement ivoirienne qui s’utilise à toutes les sauces: quand un plat est bon, quand on se sent bien, que l’on passe un moment agréable.

C’est l’homme qui a peur sinon y a rien: ça va aller, il n’y a pas de raisons de s’inquiéter.

C’est le lass: c’est la meilleure, c’est la goutte d’eau, il ne manquait plus que ça.

C’est mon comme ça: c’est ma nature.

C’est quelle science? C’est quoi ces histoires?

C’est quoi? C’est quoi même? Qu’est-ce que ça veut dire? Qu’est-ce qui se passe? Dénote la curiosité, la surprise, voire l’indignation.

Chap-chap: vite. Ex: Faut faire chap-chap on va go! (Dépêche-toi, on y va!)

Chauffer le rognon de quelqu’un: le mettre en colère, lui taper sur les nerfs, l’indigner, l’écœurer. Ex: Les grèves intempestives chauffent trop mon rognon! Synonyme: Mon gbêlê brûle (Je bous de colère).

Chauffez le coin! Mettez l’ambiance! Souvent utilisé comme une incitation à la bagarre.

Chicoter: fouetter et, par extension, frapper. Ex :  » Dêh, je vais tellement te chicoter que ton figure là sera tout mélangé ! « 

Chôcô: bien parler français ou parler avec un niveau de langue soutenu. Par extension, être beau, faire le beau, être in, à la mode. Ex: Tu chôcô dêh! (Tu te la pètes avec ton gros français !).

Cœur mort: trouillard, peureux. Antonyme: gros cœur.

Connaisseur connaît, gaou passe: un peu l’équivalent de « tu peux pas comprendre ». Signifie que l’on a l’œil, l’expertise, que l’on est au fait, « in ».

Connaître façon: savoir y faire, s’y connaître, être compétent dans un domaine bien précis. Ex: Façon i connaît, on dit pas! (Laisse tomber, le mec est trop fort!) – Connaître faire: savoir faire. Ex: Ton chauffeur là, tu crois il connaît faire? Je peux lui laisser le pneu?Connaître garçon: se dit d’une jeune fille qui n’est plus vierge et a eu plusieurs expériences amoureuses. Ex: Ta copine, il y a longtemps qu’elle connaît garçon!Connaître manière: savoir se débrouiller, savoir y faire. Ex: Ceux qui connaissent manière ont donné casier de Beaufort, la bière de l’homme fort. – Connaître papiers: savoir lire et écrire et, par extension, être instruit. Ex: Si tu connais pas papier, à Abidjan tu peux rien faire!

Daba: désigne à la base une sorte de spatule en bois avec laquelle on creuse le sol. Par extension, le terme éponyme signifie frapper, taper. Ex: Faut pas faire ton s’amusé avec moi, sinon je vais te daba. (T’amuses pas avec moi, sinon je vais te cogner) / Ils ont daba le plat. (Ils ont bien tapé dans le plat, ils ont tout mangé). Daba en puissance: bien manger.

Dabali/badouko: manger, faire bombance. Ex: Envoie le dabali/badouko! (Envoie la bouffe!). Synonyme: djaffer.

Dahico: beuverie, saoulerie, cuite.

De + verbe infinitif et point d’interrogation: formulation populaire d’une question, typique de certaines personnes de condition modeste. Une cuisinière, par exemple, pourra s’adresser ainsi à son patron: Monsieur, d’envoyer poisson? (comprendre: Je peux servir le poisson?)

Décaler: danser. Ex: Tu décales trop bien!

Dêh/kêh! Exclamation. Ex: C’est doux dêh/kêh! (C’est bon, c’est trop chic!). À noter que kêh a tendance à être de moins en moins utilisé.

Désciencer: décourager, décevoir.

Deuxième bureau: maîtresse, femme entretenue par un homme marié en dehors de son domicile, à l’insu de son épouse légitime (selon les hommes, il y a aussi des troisième, quatrième bureaux, etc.). Ex: Il a ouvert un deuxième bureau. (Il a un foyer extra-conjugal, il a une maîtresse).

Diallo: boutiquier. On dit d’eux qu’ils sont « en prison », car leur commerce est toujours barré d’une grille.

Dja: tuer, mourir (au sens propre et figuré). Ex: Non je te jure: la go là m’a trop dja. (Elle m’a « tué » par son comportement).

Djagaille: cigarette. Ex: Donne-moi la djagaille. (Donne-moi une cigarette). On peut aussi utiliser les termes « fal » ou « bâton ».

Djo/môgô: un mec, un gars. Ex: Djo, vrai-vrai on a gâté le coin. (Mec je te dis, on a foutu un boxon pas possible!).

Doigter: montrer du doigt. Ex: Si je m’habille comme ça au village, les gens vont me doigter!

Drap, Être en drap: Être au courant de quelque chose – Y a pas drap! => Y a pas de problème! – Y a drap sur elle/lui! => Il/elle s’est mis dans un sale pétrin, dans… de beaux draps. – Tu vas prendre drap. => Tu vas prendre cher/Il va t’arriver malheur – Casser drap: dénoncer. Ex: Sa belle-sœur l’a surpris avec une fille. Elle a cassé drap.

Dye: saoul.

En même temps est mieux: Pas la peine de remettre à demain, autant agir sur-le-champ.

Enceinter: mettre enceinte, engrosser. Ex: Son oncle et sa tante l’on faite revenir au village, car ils avaient peur qu’elle se fasse enceinter. Certaines femmes utilisent aussi l’expression « attraper l’enfant », comme… attraper une maladie (une femme qui tombe enceinte sitôt qu’elle s’allonge et doit assumer le quotidien de toute une fratrie ne voit pas forcément les choses de la même façon que sa sœur du Nord qui attend patiemment le bon moment pour faire sa petite reine ou son petit roi…).

Enjaillement: attirance, amusement. Enjailler: plaire, attirer. Ex. Tu m’enjailles trop quoi. => Tu me plais trop, je suis fan de toi – On va s’enjailler! => On va passer du bon temps, s’amuser (dérivé de l’anglais enjoy). Être enjaillé: être amoureux, être en joie, enjoué. Enjaillement est dans ses dents. => Il est raide dingue d’elle.

Entrer-coucher: studio.

Être bec sucré: être gourmand(e), aimer les sucreries. Un bec sucré: un gourmand, une gourmande.

Être culottée: avoir de grosses fesses.

Être sur le Web: être célibataire, seul en amour.

Façon: bizarre, qu’on a du mal à définir. Ex: Tu as vu les vélos façon qu’ils ont, les coureurs maintenant?Comparatif: qui ressemble à. Ex: Elle va encore se ramener avec une robe façon sac à patates!Bizarrement, curieusement: Ex: Ce type ne me plaît pas: il me regarde toujours façon.

Faire farot-farot, faroter: se pavaner, faire le beau. Terme qui s’applique tout particulièrement aux « sapeurs ». Farotage: frime. Faroteur: frimeur.

Faux type, faux gars: personne irresponsable, sur laquelle on ne peut pas compter, qui ne tient pas ses promesses, qui « ne vaut rien »; hypocrite, ingrat, faux-jeton. Ex: Il ne paye pas son loyer et en plus il bat sa femme: faux type sur tous les bords!

Fraya: fuir. Ex: Les voleurs ont fraya en brousse!

Fréquenter: aller à l’école, au lycée, à l’université. Ex: Tu fréquentes où? (Dans quelle école/lycée/université tu es ?).

Freshnie/gazelle: jolie fille.

Gagner affaire: avoir des ennuis, des histoires. Ex: Si tu ne me rends pas immédiatement l’argent que je t’ai prêté, tu vas gagner affaire!Gagner la chance: avoir de la chance, s’attirer la bonne fortune. Ex: Beaucoup de citoyens sans le sou ont recours aux marabouts pour gagner la chance.Gagner la honte: se taper la honte, être humilié. Ex: Vraiment, quand elle m’a pris sur le fait, j’ai trop gagné la honte, je ne savais plus quoi faire!Gagner travail: trouver un emploi. Ex: Patron, si je gagne pas travail, bientôt je vais mort. (Patron si je ne trouve pas vite du travail je ne vais pas m’en sortir).

Gaou/brèzo/gnata: péquenaud, looser de service (« gnata » étant le degré au-dessus de « gaou »).

Gâter: vanner, dire du mal, salir la réputation de quelqu’un. Ex: Ne gâte pas son nom! Existe également ce que l’on appelle le « gât-gât », à savoir une sorte de joute verbale où le but est de vanner gentiment son interlocuteur et d’avoir le dernier mot; ce petit jeu est surtout l’apanage des enfants – Gâter l’affaire: faire échouer une entreprise. Ex: Tchrourrr, ne viens pas gâter mon affaire, toi!Gâter la réputation: médire – Gâter la tête: influencer quelqu’un dans un mauvais sens, faire perdre tout bon sens. Ex: Ce photographe-là, avec ses belles promesses et son argent facile il lui a complètement gâté la tête!Gâter le coin: foutre le boxon quelque part (dans une soirée, à une fête, notamment). Ex: C’est gâté nan ni nan! (On va bien s’amuser!) – Gâter le nom: ruiner la réputation d’une personne, faire perdre la face. Ex: Si tu n’organises pas des funérailles dignes de ce nom, ton nom sera gâté!Gâter le temps: faire perdre du temps. Ex: Tchrourrr, toi quitte là, tu gâtes mon temps! Expression similaire: Si tu peux pas m’arranger, faut pas me déranger (que les filles ont humoristiquement détourné en Si tu peux pas m’habiller, faut pas me déshabiller, façon pour certaines de faire comprendre à leurs prétendants qu’elles ne se donnent pas cadeau) – Gâter le ventre: faire avorter – Gâté complet, gâté fini: être totalement fichu. Ex: Y a pas courant, y a pas téléphone, y a pas l’argent, Abidjan là c’est gâté complet!

Gazer: sortir, faire la fête. Ex: Ce soir on gaze ensemble! Gazoils: endroits branchés pour faire la fête.

Gbangban: situation difficile, troubles, remue-ménage. Ex: Il y a gbangban dans le pays. (Ça chauffe au pays).

Gbayer ou gbaer: du bété. Signifie selon le contexte parler avec éloquence ou sécher les cours. Ex: Le politicien gbaye à ses militants. Par extension, un gbaeur est un grand orateur, voire un beau parleur ou un bonimenteur, comme ceux que l’on peut rencontrer dans les gares de bus et les cars de transport.

Gnaga: bagarre. Ex: Les supporters ont gnaga sur le terrain! Gnagasseur: bagarreur.

Gnanhi: se dit d’une cougar, soit une femme d’un certain âge friande des « petits pompiers » (les hommes qui sortent avec ce genre de femmes).

Go/biefrou/gomi/pey’ite: fille (pendant féminin de « gars », que l’on entend également beaucoup). Par extension, go signifie également petite amie (C’est ta go/C’est ton gars? => C’est ta copine/ton copain?), qui peut aussi se dire le way.

Grôtô: homme riche (son aisance financière est généralement proportionnelle à la taille de son ventre. D’ailleurs en Côte d’Ivoire, si tu es gros et sans le sou, on t’appelle « le gros », alors que si tu es gros et riche, on t’appelle « le boss ») souvent flanqué d’une jeune gazelle qui le fréquente exclusivement pour son porte-monnaie.

Grouper: se liguer contre quelqu’un ou se disputer quelque chose. Ex: À Noël, les mamans groupent les cadeaux avec leurs enfants!On va grouper sur toi pour te frapper.

Hon hon: non non (n’insistez pas on vous dit!).

Ijioh! Oh là là! Synonyme: tchié (ééé)!

Il a fini avec ça: Il maîtrise trop bien son affaire.

J’emprunte le 11: Je vais à pied (en référence au numéro de ligne imaginaire formé par les deux jambes). Ex: Kouamé, tu vas comment à Adjamé? Tu empruntes le 11 ou bien? -Non, j’écrase tomate. (Comprendre: Je prends le taxi… rapport à la couleur des taximètres, ou warren en nouchi).

Je suis arrêté: Je suis debout, je me tiens là, je suis là. Ex: Je suis arrêté en face de la banque; depuis je t’attends. (Je suis en face de la banque; ça fait une plombe que je t’attends).

Je te dis: marque l’assentiment résigné et/ou impuissant. Ex: –Embouteillages là, vraiment ça va prendre tout notre temps! / –Je te dis…. Expressions synonymes: En tout cas/Tu as vu non?

Kéchia/kessia: diminutif de « qu’est-ce qu’il y a ». Ex: Kéchia mon vieux, tu es malade ou quoi? Typique de la tendance du nouchi à « désarticuler », comme dans le cas de « l’ahen » (l’argent) ou « manher » (manger).

Kpata: canon. Ex: Papapapa, la go là est kpata dêh!

Le jour de son jour: son heure. Ex: Personne ne connaît le jour de son jour. => Personne ne sait quand son heure sonnera.

Le vieux, la vieille: le père, la mère. À l’inverse de l’Occident, en Côte d’Ivoire, cette appellation a une connotation respectueuse et affectueuse. Par extension, on l’utilise aussi pour désigner un aîné, même s’il est âgé de quelques années de plus seulement.

Mal: à l’excès, beaucoup, trop (sens appréciatif). Ex: Le garba me manque mal! / Tu mens mal quoi! / Je vais mal te botter!Je vais te gifler mal même! / Le gars est mal fort. (Il excelle dans son domaine).

Même père même mère: frère et sœur ou frère et frère issus des mêmes parents biologiques. Utile à préciser dans le contexte africain où l’on appelle affectueusement « mon frère » ou « ma sœur » des personnes proches et même moins proches, et où « mon frère/ma sœurs » est souvent utilisé quand on s’adresse à son interlocuteur.

Moisi, piqué: fauché. Ex: Djo, vraiment là je suis moisi pardon. (Mec, j’ai plus un rond– cette phrase peut s’avérer très utile en cas de contrôle de routine, si l’on tente de vous soutirer quelques pièces). À l’inverse, « avoir pierre/jeton », signifie avoir beaucoup d’argent, être aisé, « friqué ». Synonyme: tchass. Ex. Le gars est tchass, il va prendre crédit pour pouvoir manger à midi.

Opko!: N’importe quoi!

On est ensemble: Je te soutiens, je te comprends, y a pas de problème, ça va aller. Synonyme: On est au kohi

On s’attrape: équivalent ivoirien du fameux « On s’téléphone-on s’fait une bouffe » parisien. Ex: On s’attrape à la descente. (On se retrouve après le boulot).

Qui est fou?!: Exclamation qui correspond en gros à « Mais qu’est-ce que tu crois?! », ou encore « Tu me prends pour un imbécile? ». Ex: Je n’ai pas grillé le feu rouge, mais qui est fou ? Je ne payerai pas amende!

Petite: maîtresse, amante.

Pian: et tac!

Pissant môgô ou môgô pissant: du mot puissant + môgô (homme). Désigne un homme puissant sexuellement parlant ou un homme qui a des pouvoirs ou encore un homme qui est brave et s’illustre dans un domaine donné. Ex: Allez dire aux pissants môgô du pays (les autorités) d’arranger les routes!

Quitte là!: Fiche-moi le camp, dégage, laisse-moi tranquille!

Rentrer en brousse: disparaître de la circulation.

S’en fout la mort: casse-cou. Ex: Je ne veux pas monter en moto avec lui: c’est un s’en fout la mort!

S’en gnangner: s’en foutre.

Sciencer: réfléchir à quelque chose, bloquer sur quelque chose. Ex: Sur quoi tu sciences? (Qu’est-ce qui t’arrives, à quoi tu penses?). L’expression « Faut sciencer », quant à elle, est une manière de demander pardon à son interlocuteur.

Se fourrer: rentrer sa chemise dans son pantalon. « Être fourré comme toupaille » (toupaille désignant les gélules bicolores).

Se têter: avoir un tête-tête, se concerter en privé.

Ta bouche porte pas caleçon: Tu aimes trop parler sur les gens/tu ne sais pas te taire/tu es une langue de vipère, une grande gueule/tu ne dis que des bêtises…

Tantie/tonton: c’est ainsi que l’on appelle une femme ou un homme plus âgé que soi, ou à laquelle on souhaite témoigner son affection, son respect ou sa déférence.

Taper poteau: dans le sens de rater un but. Échouer, se prendre un vent (contexte sentimental). Ex: Ah patron pardon hein, aujourd’hui là vraiment j’ai tapé poteau (Désolé patron mais aujourd’hui je n’ai rien vendu).

Tchiééé! Signifie que l’on est dépassé par les événements.

Tchôkô-tchôkô: quoi qu’il arrive. Ex: Tchôkô-tchôkô je vais arriver là-bas. (Quoi qu’il advienne, j’irai là-bas. / Tchôkô-tchôkô, les gos vont les attraper quelque part pour encaisser l’argent dont elles ont besoin pour se faire belles.

Tchrourrr! Exclamation marquant généralement l’exaspération, la colère, voire le mépris.

Togo: du sénoufo. Cent francs. Deux togos: deux cents francs. Ex: Je suis tchass, prête-moi togo!

Ton papa!, Ta maman! Injure quasiment impardonnable qui appelle au minimum une réponse verbale. Variante: ta mère con!

Trouver son terminus: trouver plus fort que soi (dans le sens trouver l’amour de sa vie, ou un rival imbattable dans le contexte d’une bagarre: voilà qui veut tout dire!).

Tu me moyen pas: Tu n’es pas à la hauteur, tu ne peux pas me battre; équivalent (aussi approximatif) de « tu peux pas test ».

Un less: une chose sans importance.

Y a foye/foyi/fohi! Y a rien! C’est rien, c’est pas grave, ça le fait!

Y a pas son deux : Il n’y a pas d’équivalent, il n’y en a pas deux pareils.

Y a quoi?: Qu’est-ce qui se passe, c’est quoi le problème?

Y a rien, c’est propre: Rien à redire, c’est nickel, ça le fait.

Yako: exprime la compassion.

Yé dis: s’utilise pour insister, affirmer, renforcer un énoncé ou un argument. Ex: Yé dis: c’est l’homme qui a peur sinon y a rien! (Je te dis que ça va aller).

Yêrê: au courant (« être yéré/être yéré-yéré »: être au courant).

Source: Petit futé

Commentaires
Loading...
%d blogueurs aiment cette page :