OÙ EST PASSÉ LE LYCÉE PROFESSIONNEL AGRICOLE D’AHOUNIANSSOU-DIMBOKRO ?

0 175

Obtenez des mises à jour en temps réel directement sur votre appareil, abonnez-vous dès maintenant à Attoungblan.net.

Malgré les efforts d’hercule du président de la République et l’ensemble de son Gouvernement pour à faire de la Côte d’Ivoire une référence en terme de qualité et de bonne gouvernance, des citoyens lambda et fonctionnaires peu orthodoxes, il en existe encore, pour nous tirer vers le bas, voire noircir au charbon, tout ce sacrifice obtenu de hautes luttes et de fortunes diverses.

Lire aussi: REGION DU N’ZI : RENAITRE OU PERIR ? (1ère partie)

LES FAITS :

Début 2017, il plaira à l’État de Côte d’Ivoire, de porter son choix sur Dimbokro, chef-lieu de région du N’zi, pour y héberger un Lycée Technique Professionnel Agricole, le but étant de faire de cette ancienne boucle du cacao, la plaque tournante de la filière agricole, et à l’occasion, booster son développement, pour créer des emplois.

Très vite, les démembrements techniques, locaux, du Gouvernement, logés dans la région, avec à leur tête le Gouverneur, se mettent en branle.

L’objectif étant de trouver aux pas pressés, un périmètre à mesure de recevoir techniquement cet établissement d’excellence. Au bout d’une étude technique de terrain, la chance tournera à l’avantage de la communauté villageoise d’Ahounianssou, village situé à seulement trois (3) Km de la ville de Dimbokro, pour recevoir le « trophée ». Le nommé Anoh Clothaire, Directeur Régional de l’agriculture est la première personnalité à fouler le sol du village et faire en effet corps avec le dossier et la chefferie coutumière locale. Il explique que « le Gouvernement souhaiterait ériger un établissement de formation agricole sur nos terres…et je n’y ai trouvé aucun inconvénient… « , raconte nanan N’gatta N’dri, chef du village d’Ahounianssou.

Avant de poursuivre, « les choses sont allées plus vite et il était question que nous trouvions un interlocuteur crédible, aux fins d’agir en notre nom, durant les opérations de purge. Et c’est ainsi que j’ai fait confiance à notre compatriote Kouamé N’guessan Philippe, dit Abass, pour assurer ce rôle… et un matin, celui-ci est passé me voir à domicile pour m’apprendre que le Gouverneur souhaiterait que je lui remette une copie de mon arrêté de nomination, afin de bétonner son dossier…C’est ce que j’ai fait.

Plusieurs jours d’après, ils sont retournés me rencontrer au village et m’ont informé que notre purge s’effectuerait à hauteur de 108 millions FCFA…  » s’est-il expliqué.

LE DETOURNEMENT DES FONDS :

À terme, le sieur Kouamé N’guessan Philippe doit récupérer l’enveloppe et la ramener à ses mandants…telles étaient les clauses du contrat qui le liait à la chefferie coutumière.

Mais, curieusement, l’homme a fait déposer le chèque sur son compte personnel logé dans une des agences de la Société Générale de Banque [SGBCI], domiciliée dans la commune de Treichville, et s’est par la suite permis, de rentrer tranquillement à Dimbokro, dans un silence assourdissant.

N’ayant pas de ses nouvelles, le chef tentera d’entrer en contact avec l’intéressé en vain.

LES SAISINES ET LES DIFFERENTES REACTIONS

C’est ainsi que l’autorité coutumière se tournera vers le Gouverneur (Préfet de région), pour en savoir d’avantage sur cette affaire de purge devenue bizarre. « Votre purge est faite. Adressez-vous à votre représentant » s’est vu dire au chef par le Gouverneur. N’étant pas encore au bout de ses peines, il part reprendre langue avec Kouamé N’guessan Philippe, au moyen du téléphone, qui lui rétorque ne plus jamais parler de cette « affaire », sans la présence de son avocat.

Cette boutade d’Abass, est aussitôt perçue par le chef et une partie essentielle de ses sujets, comme un épouvantable « tremblement de terre ». « Cette terre est celle de mes ancêtres, et je n’ai vraiment pas de compte à vous rendre », dixit l’accusé, en réponse aux vociférations de la partie adverse qui n’attend pas voir les choses s’arrêter là; les réactions ne se feront pas attendre! De fil en aiguille, plusieurs informations circulent et parviennent au villageois.

« Kouamé N’guessan Philippe et comparses, ont réellement empochés 361 millions et non 108 millions et de nombreuses personnalités sont impliquées. » Des allégations d’une extrême gravité sont difficile à vérifier.

Dans la foulée, deux plaintes surgissent et sont toutes les deux adressées au Procureur de la République, près le Tribunal de Dimbokro, avec un objet unique: récupérer l’argent de la communauté, des mains de Kouamé N’guessan Philippe, alias Abass, et le mettre à disposition de la communauté villageoise d’Ahounianssou : la première en date du 22 Mars, émane de la Mutuelle de Développement Économique et Social d’Ahounianssou. La seconde, en date du 26 Mars, est rédigée par nanan N’gatta N’dri, chef dudit village

Convoqué pour être entendu le lundi 09 Avril à 10 h à la brigade de Gendarmerie de Dimbokro, l’accusé s’est excusé, prétextant être malade. C’est du moins ce que nous a expliqué le commandant de brigade, à l’issue d’un entretien dans l’après-midi du même jour. La seconde plainte qui est imputée au commissariat de Police de la même ville, et devra pouvoir, quant à elle déterminer le degré de responsabilité de chaque partie, avant leur possible traduction devant la Justice qui appréciera.

« Je pense que les choses se sont déroulées dans les règles de l’art. Je ne souhaite pas partir à la retraite sur une note comme celle-là, franchement », rétorque le Préfet de région, au moyen d’un entretien cordial avec notre envoyé spécial, dépêché dans la région du N’zi. Aussi paradoxale que cela puisse paraître, les autorités municipales n’ont guère été associées au processus. En claire, il n’y a jamais eu d’enquête de comodo et d’incomodo, comme le raconte mordicus un témoin, encore sous le choc. « Faux! J’ai bien indiqué que les choses se sont passées dans les règles de l’art », rétorque le préfet de région.

LA MINISTRE KANDIA CAMARA EXIGE DES EXPLICATIONS AU PRÉFET DE RÉGION.

Prefet de Dimbokro

À la date du 12 décembre 2017, le collectif des cadres, travailleurs et ressortissants d’Ahounianssou, avait saisi la Ministre de tutelle, Kandia Kamissoko Camara, pour lui porter les faits.

Au moyen d’une note réponse en date du 22 décembre 2017, et adressée au Préfet de région du N’zi, Préfet de département, celle-ci réclame des explications lumineuses au premier responsable administratif de la région. Vivement la clarification de ce dossier, qui met une fois encore le Gouvernement Gon, dans une posture inconfortable…

Source: #Africa_Gouvernance_et_Médias_News [Envoyé Spécial dans le N’zi]

NB : Les titres et sous-titres sont de la rédaction

Commentaires
Loading...
%d blogueurs aiment cette page :