NOS PETITS APARTHEIDS INTIMES

0 20

Obtenez des mises à jour en temps réel directement sur votre appareil, abonnez-vous dès maintenant à Attoungblan.net.

LE DÉCOR…

C’est l’heure du déjeuner. Un petit groupe d’enfants mange, assis à même le sol. Le repas est frugal, la ration sévère, la protéine arithmétique ! Les enfants sont silencieux, tête baisse, la maîtresse des lieux veille d’un regard de cerbère sur son petit mur de Berlin… De l’autre côté du mur invisible, autour de la table à manger, entre papa et maman, d’autres enfants, repus, joufflus, et qui rechignent à terminer leur assiette de poisson. On les oblige au dessert de yaourt à la vanille. Voici un tableau que nous connaissons tous. Il est d’une « réalité photographique » (Aimé Césaire). Alors questions ?

I- QUI SONT LES ENFANTS QUI MANGENT À TERRE ?

1- Souvent, les enfants nés d’un précédent mariage de l’homme, rarement, celui de la femme.

2- Les enfants naturels, (pour ne pas dire autre chose), reconnus par l’homme, admis à la maison et traités comme des parias.

3- Les protégés de monsieur, neveux, cousins et autres, dont la présence ne fait pas plaisir à madame.

II- QUI SONT LES PRINCES À TABLE ?

1-Les enfants du couple.

2-Les enfants de madame, nés d’une précédente relation ou ses petits parents.

3-L’enfant d’un ami ou d’un parent fortuné et généreux dont on craint le courroux.

III- POURQUOI PAPA RESTE-T-IL SILENCIEUX ?

1- Souvent, il est contraint au silence par son épouse-marâtre. Emmuré, il souffre le martyre, se cachant même pour verser quelques larmes. Gare à qui oserait broncher: SCANDALE et REPRÉSAILLES.

2- Quand c’est la femme qui tient de surcroît les cordons de la bourse, le chantage et les menaces deviennent permanents…

IV- Il FAUT DÉTRUIRE CE MUR AUSSI…

Il n’existe pas de panacée en la matière… Chaque cas est une école. Mais je sais que pour tous les murs de frontière qui s’affaissent, il faut une insurrection, une révolte, des barricades, fussent-elles familiales. Il faut vaincre cette dictature qui se nourrit précisément de nos peurs et, surtout, de nos silences coupables…

Par Mamadou TOURÉ, Libre Penseur

Commentaires
Loading...
%d blogueurs aiment cette page :