NOS NATIONS VIEILLISSENT SANS GRANDIR…

0 34

Obtenez des mises à jour en temps réel directement sur votre appareil, abonnez-vous dès maintenant à Attoungblan.net.

Ce n’est pas la haine d’un groupe ethnique envers un autre qui a amené la guerre dans ce pays, non, c’est le goût du pouvoir avec son corolaire d’orgueil et d’arrogance, rien d’autre. Parce qu’au final, que vient faire le nouveau président sur la base des critiques de l’ancien? Rien d’extraordinaire que ne pouvait faire l’autre ou que ne pourra faire le suivant. Routes, Ponts, écoles, hôpitaux… Pour ça, pas besoin de commander une guerre. Les guerres se mènent pour la conquête ou la reconquête d’un territoire, l’asservissement ou la libération d’un peuple, pour l’imposition ou l’affranchissement d’une culture, d’une religion…Voici ce qui peut justifier une guerre. Mais pour arriver à diriger un peuple libre et laïc établi en territoire conquis, pas besoin de guerre, il y a la démocratie inventée à cet effet.

Nos nations vieillissent sans grandir. À 60 ans d’âge elles n’ont pas encore compris qu’une nation ne se construit pas seulement avec du béton et de l’acier mais avec également des textes. Car le caractère éphémère des bâtisses infrastructurelles est avéré face à celles institutionnelles et légales. Aucune intempérie et autres catastrophes naturelles ne peuvent emporter un texte de loi. Les hommes par contre le peuvent.

Aujourd’hui, l’âge mûr dépassé, nos dirigeants optent encore et toujours pour le tutorat et l’assistanat de la tutelle colonisatrice. L’autonomisation nationale et l’indépendance fonctionnelle ne sont pour eux que des vues de l’esprit. Ils ne veulent pas se défaire de cette mendicité et ce paternalisme permanent. L’éducation qui à elle seule pouvait éradiquer ce «mal» est ballotée entre copie inadaptée des systèmes éducatifs étrangers mal accordés avec nos réalités et, incompétences des instances dirigeantes du secteur et des assimilés. Le résultat est catastrophique; nous avons des enfants en fin de cycle primaire (CM2) qui ne savent ni lire ni écrire, encore moins connaître la table de multiplication. Quant à ceux du secondaire, ils sont incapables de faire une dictée passable tant la carence en vocabulaire et en orthographe est grande. À qui la faute? Aux enseignants ou aux élèves?

Il faut priver la populace de connaissances pour mieux l’asservir car un peuple cultivé est un peuple révolutionnaire. Et un peuple révolutionnaire est maître de son destin. C’est pourquoi nos États favorisent l’abrutissement au détriment de l’élitisme, parce les dirigeants de ces États veulent être élevés au rang de dieux. Ils veulent être maîtres de nos destins, maîtres de nos pensées, maîtres de nos vies. Sinon en Afrique, il devrait y avoir plus ou autant d’universités que de chaînes de télévisions étrangères et un taux d’alphabétisation supérieur au taux de délinquance. L’éducation c’est la base; le socle et la fondation des nations fortes. Elle assure l’indépendance et garantit à coup sûr l’émergence. L’être humain est par définition un animal réfléchi qui a toujours en lui ses instincts primaires. L’éducation vient pour juguler tout cela. Sans éducation, nous ne sommes pas si différents de l’humain primitif. Il y a un proverbe qui dit celui qui ne lit pas ne doit pas se moquer de celui qui ne sait pas lire. Nous voulons vivre dans une nation moderne avec des comportements archaïques. La modernité ne se trouve pas dans le dernier métro mais dans la file d’attente disciplinée pour y accéder. Et c’est l’éducation qui permet cela.

Nos nations ont tant à faire, mais pas partout. Dieu dans sa grande magnificence nous a fait grâce de terres riches et abondantes, il nous a gratifié d’un bon et beau climat; il a déjà fait 50% du TAF, les autres 50% restants c’est à nous de les faire. Uniquement avec l’éducation, le civisme et la morale.

Par Raymond Basile

Commentaires
Loading...
%d blogueurs aiment cette page :