LUMIÈRE SUR LE « BOBODOUMAN »

0 3 716

Obtenez des mises à jour en temps réel directement sur votre appareil, abonnez-vous dès maintenant à Attoungblan.net.

Le mot « bobodouman » désigne l’utérus ou les trompes de la femme en baoulé. Il vient de l’expression « be bo m’in douman » qui signifie littéralement « on ne dit pas son nom ». En effet, le Baoulé considère le sexe et tout l’appareil génital de la femme comme étant sacrés. On ne prononce donc pas leurs noms, par respect pour la femme.

Or, les organes qui permettent l’enfantement sont l’utérus et les trompes, entre autres. Lorsque ces organes ne fonctionnent pas normalement, l’enfantement devient quasiment impossible. On parle ainsi souvent de trompes bouchées. La femme baoulé dira « be bo m’in douman (bobodouman) ti tanni wa » ou « n’le bobodouman ». Parfois, après des rapports sexuels, la femme a des douleurs au niveau du bas ventre. Si elle est baoulé, elle dira: « be bo m’in douman (bobodouman) yo mi ya ».

En général, pour désigner le sexe de la femme, l’homme baoulé dit « bla je bla lika », ce qui signifie « le côté femme de la femme ». La femme baoulé peut dire la même chose ou « moutouan », c’est-à-dire « anus », juste pour ne pas prononcer le vrai nom.  Certes, il n’est pas interdit de prononcer le nom du sexe féminin en baoulé, mais le Baoulé trouve cela vulgaire et irrespectueux pour la femme, mère de l’humanité.

Par Jean Martial de KOFFI

Commentaires
Loading...
%d blogueurs aiment cette page :