L’ORIGINE DU COURAGE DES HOMMES

0 146

Obtenez des mises à jour en temps réel directement sur votre appareil, abonnez-vous dès maintenant à Attoungblan.net.

Le conteur : « N’est-ce pas un conte à moi ? »
L’auditoire: « Si»
Le conteur : «Connaissez-vous l’origine du courage des hommes ? »
L’auditoire : « Non »
Le conteur : « Ecoutez-moi donc »

Autrefois, dans un village, la famine sévissait. Une femme et son mari décidèrent de créer un champ de maïs. Les épis étaient presque arrivés à maturité, à la grande satisfaction du couple qui voyait en cela la fin de son calvaire. Mais, malheureusement, un prédateur ou un génie ou un être humain mal intentionné avait commencé à saccager le champ.

Chaque matin, le couple constatait, avec amertume, que de nombreux épis avaient été arrachés la nuit et mangés sur place dans le champ.

« Mais qui est-ce qui peut faire ça ? S’interrogeait le couple. » Le mari avait peur d’affronter le destructeur de leur champ. Vu les traces, il ne doutait pas qu’il avait à faire à un génie ou un animal des plus dangereux. Il hésitait donc à prendre ses responsabilités. Mais son épouse menaçait d’aller solliciter les services d’un homme digne de ce nom, dans sa famille à elle, chose qui serait un véritable déshonneur pour son mari.

Cette menace alla fouetter l’orgueil du mari.

Un jour, après les travaux champêtres, l’homme demande à son épouse de rentrer seule au village.

« Je resterai ici pour guetter le destructeur de notre champ aujourd’hui, ajouta-t-il. »

Ainsi, il s’embusqua dans un coin du champ. A la tombée du jour, il entendit soudain, dans le lointain, une voix chanter, une danse s’exécuter avec des bruits assourdissants de grelots.

Tout cela produisait un bruit qui faisait trembler toute la brousse environnante.

L’homme eut tellement peur qu’il ne put attendre pour voir qui produisait un tel bruit. Il s’empara de sa machette et prit ses jambes à son cou pour regagner le village.

Tout essoufflé, il raconta à son épouse ce qu’il avait entendu comme bruit dans la brousse et affirma qu’aucune personne, quelle que soit sa bravoure, ne pouvait attendre pour voir ce qui produisait ce bruit, mais qu’il irait, armé de courage pour l’affronter le lendemain.

Le lendemain et le troisième jour, il revint comme le premier jour raconter les mêmes choses à son épouse qui décida, le quatrième jour, de rester dans le champ pour affronter ce phénomène elle-même.

« Va au village et laisse-moi aujourd’hui affronter ce monstre ou ce génie »

Assise dans un coin du champ, elle entendit le bruit tel que son mari le lui avait décrit. Le bruit était vraiment insolite. La brousse tremblait vraiment.

Mais elle s’arma de courage et attendit. Même si cela devait lui coûter sa vie. D’ailleurs, sa vie n’aurait plus de sens si elle laissait détruire son champ.

A mesure que le bruit avançait, il faisait de plus en plus peur. Quant à la femme, elle s’armait davantage de courage et sa poitrine déjà bombée par les seins se gonflait de vengeance.

Pendant que le bruit l’envahissait, elle vit venir une petite souris qui chantait, dansait et produisait tout ce bruit qui faisait trembler toute la brousse. La femme posa sa machette, se saisit d’une petite branche et adopta une position figée, la branche levée, prête à frapper.

La souris avançait et tout continuait de trembler.

La femme était imperturbable, décidée qu’elle était à mettre fin à la destruction de son champ.

La souris avançait sans lever la tête, persuadée qu’elle était d’être en territoire conquis. Elle était à un mètre environ de la femme quand, dans un geste sec et précis, celle-ci la frappa.

La pauvre souris, surprise par la violence du coup tenta de fuir par instinct de conservation. Mais c’était trop tard. Ses forces l’avaient lâchée. Elle se renversa et se débattit dans des mouvements désespérés de convulsion. Avec l’arrêt des mouvements, ses pattes se raidirent et la femme vit deux filets de sang couler de ses narines, signe patent d’une mort certaine.

La femme réalisa qu’elle venait d’accomplir un acte héroïque sans précédent. Elle fit un pas assuré et fier, s’abaissa et ramassa la souris sans vie, qu’elle jeta dans sa cuvette. Elle prit le chemin du village et alla directement dans la cour du Bon Dieu, le chef du village, à qui elle relata les faits, preuves à l’appui. Elle fut accueillie par des applaudissements et des cris à la gloire de sa bravoure.

Bon Dieu, ayant trouvé que cet acte, au-delà de son caractère héroïque, portait atteinte à l’honorabilité et au statut même de l’homme en tant qu’être digne de bravoure, ordonna donc que l’on tue l’homme et son épouse afin de mettre le cœur (siège de la bravoure) de la femme à la place de celui de l’homme et vice versa, et ainsi transmettre la bravoure de la femme à l’homme. C’est ce qui fut fait.

C’est donc depuis ce jour que les femmes fuient devant tous les dangers, appelant les hommes à leur secours.

Ainsi s’achève mon mensonge de ce soir.

Moralité :

Les hommes ont l’obligation de protéger les femmes, car le sens de la bravoure leur a été octroyé au détriment des femmes depuis la nuit des temps par le Bon Dieu, par pure vanité.

*** *** ***

Version baoulé: YASUAM BE YAKPA FIWLƐ

Ngua difu𝜀: nan min ngua ku-ͻn?
ngua tiefu𝜀m’ : yi ͻ
Ngua difu𝜀: am si yasuam be yakpa fiwlɛ ?
Ngua tiefu𝜀m’ : cɛcɛ
Ngua difu𝜀: am sie am su

laa kpa, klͻ kun su awe kpɛn ni kpa, bla kun ni iwun, bewͻ able fie dilɛ. ͻ kan nan be able fien’ wa tin, ͻti be aklunjuɛ, afin be a yan liɛbe di.sangɛ sɛ swran-e?sɛ nnin-e? kusu sɛ asͻwu su-e ? ͻba wawua be able.cɛn ngba nglɛ mun kɛ bla ni iwun be ju fie nsu lɛ like wa bu abe watran lɛ wa di.awla buɛ wa yi be.

-be bisa bewun kɛ nzun like yɛ ͻ di-I sͻ ju man niͻn ?bla se iwun kɛ, ni sasa e fie.

nan wlɛ, srɛ kun bian’kɛ mͻn bian su sisi ibo tin, bla wan ͻko flɛ i nian bian wa sasa fie n’. sɛ bian kplin sju kɛ isia niɛn wa sasa be fie, ͻ ti yan nzuɛn dan. ͻklekɛ ͻti man iya sua. iyi fɛ isͻ ndɛ fa miɛn-miɛn cɛn gba.

kɛbe vie fie su juman di, yɛbian se li iyi kɛ:

« -kͻ klͻ, man ka siɛn nsasa efie» ͻ ko fia li fie ilika kun, kɛ alia san ni, ͻtili jue sro lɛ, ni able silɛ bͻ-ͻ kun srɛ .srɛ dan, wa midɛ man kɛ like nto ilɛ wɛ ͻ man i bese nsu iyɛ cacacaca ! ͻfa klͻ atin ni wan dilɛ.

kɛ ͻ ju klͻ-n afɛ wati kpa kɛ ͻ ju awro lͻ, i wu miyɛn kpu iwu wan dilɛ duman nu. yɛ ͻ kan ifɛ kleli ibo suan fuɛ. ͻ dili cɛn yͻn, i nsan sun ͻ w ͻ li ekun.

like kun gban’ wlanwlan liyi. ͻ ko kan ndɛ kiun gban’ kle li iyi.

cɛn nan sun, bla ni-ɛn ͻ se li iwu kɛ, dummua klͻ nka siɛn nsasa efie

«-sɛ nɛn-o kusuman sɛ asiɛ-wusu, ndɛ ͻ ba tomi wua. »

kɛ bͻ- ͻ kɛn isͻn’ ͻfia li fie ila kakun

ͻ cɛ kan like kla ba, lika keje kpa kɛ iwu fa kannin’ sa

san ngɛ ͻni isͻ gban’ ͻyo li iwu wakpa-fuɛ kɛ like nmɛn tɛn koko, nlika nkeje kpa san ngɛ wa kle mɛn kɛ ͻwan di, ͻ sɛsɛ ti-ͻ gbegle ba vie yɛ ͻ sro jue,ͻsi able bayɛ

iɛ blɛ-blɛ-blɛ ͻ sie li-i bese ise-ͻ, ͻmanni wua ka kan-an wiesu. kɛ gbeglen’ mɛntɛn li koko-o, ͻfa wua kan’ faklɛ ili ti wun sa kpan-n’

yɛ tianko-tianko mmoja fite li ibue nu iɛ ͻwuliͻ

ͻman ni su, bali klͻ

kɛ ͻju li klͻ, ͻwͻli ananganman nyanmiɛn kpli bͻ ti famiɛn i-iawro lͻ. ͻkan ni ndɛ kleli, kɛ inuantͻli, klͻ nun fuɛm’ be talo li, wakpa-fuɛ bͻ blan’ yolin’ ti.be kanvuli kpa.

nyanmiɛn-kpli, sun’zuli kɛ ͻni fata kɛ, yasua yɛ ͻyo yakpa fuɛ wua klua yo bla su nian fuɛ. ͻkun ni bla ni iwu, y ɛ ͻkacili be awlɛn.

ͻ ficɛn sͻ, kɛ blam’ be wu like vie bͻ kun srɛ njam’ yɛbef lɛ be ͻ.

yasua mun be yakpa fiwlɛ ibo ni-ɛ ͻwo lɛ.

tiɛ man ͻti-isu kɛ njam’ be yo mom’ be sasa fuɛ, be su nian fuɛ.nyanmi ɛn kpli yɛ ͻkpɛ li-isͻ mmla .

i-ɛ le mi nͻn sua nun ato

ngua difu𝜀: -ato mo-o!

Par Charles KOHOURY

 

Commentaires
Loading...
%d blogueurs aiment cette page :