LES MAIRES QUI FONT AUJOURD’HUI LA CÔTE D’IVOIRE DE DEMAIN (2ème Partie)

0 66

Obtenez des mises à jour en temps réel directement sur votre appareil, abonnez-vous dès maintenant à Attoungblan.net.

I. CISSÉ IBRAHIM BACONGO: Koumassi autrement, c’est possible ! (1/3)

Nous avons tous assisté aux tensions qui ont émaillé les dernières élections municipales. Ce climat de tension-suspicion a fait suite à la rupture entre les anciens co-gestionnaires du pouvoir que sont le PDCI et le RDR-RHDP. À Koumassi, au sud d’Abidjan, tous les incidents ont trouvé leurs origines dans l’organisation du scrutin. Comme l’avait expliqué le nouveau maire actuel, les consignes n’ont pas été passées comme il se devait: « Qu’on pouvait voter sans sticker sur les bulletins de vote. C’est ce problème-là qui fait que, il y a un peu de nervosité. »

Dans cette commune, on a assisté à l’ouverture tardive de certains bureaux de vote, la logistique manquait par endroit et il y a eu également l’absence des membres de la commission électorale indépendante dans plusieurs centres. Certains électeurs ont vu leurs noms disparaitre des listes. Cissé Ibrahima Bacongo a finalement été proclamé vainqueur par la commission électorale. On l’attendait au pied du mur, là où se reconnaît le bon maçon.

LES MAIRES QUI FONT AUJOURD’HUI LA CÔTE D’IVOIRE DE DEMAIN (1ère Partie)

Pour être juste, je n’aurais jamais parié sur ce maire issu de la formation politique RHDP avant et pendant les campagnes électorales qui lui ont permis d’être à la tête de la commune de Koumassi. Avec du recul, je me rends compte qu’il a déjoué toutes les prévisions qui le classaient parmi les opportunistes du pouvoir en place.

BACONGO

Commentant une première publication que j’avais faite sur ses actions, un ami avait dit que c’est parce qu’il appartient à la formation au pouvoir qu’il a reçu un financement pour atteindre ces performances. Si tel est le cas, lui avais-je demandé, pourquoi les maires d’Adjamé, d’Abobo, de Dimbokro ou de Bocanda ne font pas autant, eux qui sont de la même formation politique que lui. Cissé Bacongo est en train de transformer Koumassi, ce qui confirme mes précédents propos, à savoir que pour être un bon politique, il faut avoir un cœur d’entrepreneur, avoir une vision et partager les souffrances des populations pour comprendre leurs besoins et apporter du boom dans leur cœur.

Il nous faut des personnes de ce gabarit pour mettre fin au désordre dans nos communes. On peut ne pas partager les valeurs d’un parti politique. Mais quand, à l’intérieur de ce parti, il y a des hommes de valeur, ayons le courage de les applaudir. Normalement, tous les cadres de tous les partis politiques devraient avoir le courage et l’honnêteté de prendre des conseils auprès de ceux qui ont des valeurs, sans honte ni jalousie aucune, qui ont une vision et savent orienter leur projet communautaire. Les valeurs de nos dirigeants sont celles qui les poussent à poser des actions pour le bien-être de nos communautés.

Nous avons besoin d’une réforme en profondeur, d’un changement radical dans la gestion de nos communes ; Il nous faut des hommes du gabarit de Sankara, Kagamé ou même Rawlings pour mettre de l’ordre dans la maison ivoire, car le désordre est devenu la norme dans tous les compartiments de la société ivoirienne. Tous les espaces de détente, les espaces verts, les trottoirs, etc. disparaissent sous nos yeux.

Le parti qui dirige à sa part de responsabilité, car c’est lui qui détient les armes du maintien de l’ordre. Cependant, les individus qui animent ce parti sont doublement responsables puisque le parti politique est une personne morale. Ce sont eux qui, par leurs actions, crédibilisent ou discréditent le parti. Ce que je dis concerne tous les partis politiques ivoiriens de même que tous les hommes politiques qui chantent émergence mais qui n’ont aucune vision.

À suivre…

Par Dr. YAPI Michel

Commentaires
Loading...
%d blogueurs aiment cette page :