LES GARS, POURQUOI VOUS N’AIMEZ PAS LIRE MÊME ? (2ème Partie et Fin)

0 20

Obtenez des mises à jour en temps réel directement sur votre appareil, abonnez-vous dès maintenant à Attoungblan.net.

Par ailleurs, j’ai pris l’option également de participer à l’éducation de jeunes et de certains adultes, en publiant de longs textes à dessein et exprès. Progressivement, mes lecteurs se sont habitués, à part une poignée encore réfractaires à la lecture.

Il y en a même qui dissèquent mes textes et qui me disent: « Au 17ème paragraphe, vous avez dit ceci, qui contraste avec les paragraphes 2 et 3 ». Un autre dit : « Je crois que vous avez fait une faute, Mr le Préfet, vous avez écrit incourtois au lieu de discourtois ». Je comprends que le néologisme que j’ai voulu introduire et l’idée sous-jacente n’ont pas été compris et je corrige discourtois. Il n’y a ni honte ni gêne à prendre aussi les idées des autres.

Ne cultivons pas la paresse intellectuelle en nous contentant de lignes brèves qui ne disent pas toute la complexité de la vie ou des situations. Les informations brèves, oui. Mais les théories en 1 ligne sont dangereuses parce que susceptibles d’interprétations fallacieuses.

Il y a aujourd’hui des Élèves et des Étudiants qui n’ont jamais achevé la lecture d’un seul livre complet de toute leur vie. Ce sont les plus grands “titrologues”, comme disent les Ivoiriens, c’est-à-dire des gens qui pensent avoir saisi tout le contenu d’un journal ou d’un livre après avoir juste lu les titres.

C’est à cause de cette paresse que nous nous faisons impressionner par des gens qui font des citations à n’en pas finir parce qu’ils savent que vous ne connaissez pas et que vous ne vérifierez jamais.

LES GARS, POURQUOI VOUS N’AIMEZ PAS LIRE MÊME ? (1ère Partie)

Quand j’étais Étudiant à l’Université de Cocody, j’étais impressionné par un jeune Pasteur qui prêchait sur le parking SOTRA, en raison des capacités de sa mémoire. Un jour, j’ai pris mon temps pour noter tous les versets qu’il citait. Quand je suis rentré à la Cité universitaire de Port-Bouët 3, j’ai vérifié toutes les citations qu’il a faites à l’aide de la Bible. Aucune citation ne correspondait aux versets cités. Il m’a mystifié pour rien ce jeune Pasteur pendant des mois ! Je ne suis pas en train de dire que tous les Pasteurs font la même chose. Ne me mettez pas en palabre avec les Pasteurs, qui participent à enseigner Dieu aux populations d’Abidjan!

Ne faites pas l’amalgame entre une information, qui tend de plus en plus à être brève, pour captiver le lecteur, et une opinion qui s’élabore.

Si vous voulez une information, allez sur les sites d’information appropriés. Mais si vous voulez savoir ce que les autres pensent et si vous voulez apporter vos arguments à un débat, il vous faut prendre le temps de lire et de comprendre. Ça vous grandit et vous renforce.

En Occident, vous verrez toujours des enfants, des jeunes, des adultes, des personnes d’un certain âge, plongés dans de gros livres dans les trains, les gares, les avions. Et ce sont des livres de 300 pages ou de 1.000 pages. Ils envahissent les salons du livre ou les salons d’art. C’est en se cultivant comme ça qu’ils restent toujours forts et devant beaucoup de Nations de la terre.

C’est à cause de la paresse intellectuelle que beaucoup parmi nous signent des contrats sans les lire et le lendemain ils se plaignent quand ils sont piégés. Certains ne lisent même jamais les notices des médicaments qu’ils consomment et ils se font du mal.

Lisez un jour ! Pardon! Sinon les gens vont toujours vous doubler!

Et enfin bravo à ceux qui s’expriment sur ma page, même avec beaucoup de fautes. J’ai remarqué ces derniers mois que de nombreuses personnes n’ayant pas fait de grands cycles scolaires s’expriment sur ma page dans un français difficile mais qui me permet de comprendre ce qu’ils disent. Je les félicite. La connaissance et l’accès au savoir sont démocratiques. Je lis ces personnes avec beaucoup d’intérêt. Je parcours leurs profils Facebook et je réalise qu’elles ont de grandes idées.

Nous pouvons tous contribuer au développement du Grand Abidjan et votre ville préférée, ma circonscription de compétence, par nos idées, sans exclusion.

Moralité: en définitive, ce sont les hommes qui éduquent leurs propres peuples pour une vie communautaire meilleure.

Par Vincent TOH BI IRIÉ, Préfet d’Abidjan

Commentaires
Loading...
%d blogueurs aiment cette page :