LES FONCTIONNAIRES DANS L’ENFER DES « MARGOUILLATS »

0 16

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

I. POURQUOI Y ALLONS-NOUS?

1. Charges familiales et mauvaise gestion

Notre salaire ne suffit pas. On le sait. Ne portons donc aucune charge que nous ne pouvons supporter. Un salaire, ça n’est pas fait pour organiser des fêtes ni pour offrir des cadeaux! Notre rappel, ce n’est pas une manne tombée du ciel ou une subvention renouvelable! Dès que le salaire est amputé du 1/3 par un AVS et que le premier coup dur arrive, c’est le margouillat ou la maison de crédit.

2. Les banquiers trop rigides

Certains banquiers (pas tous) sont d’une froideur de calculatrice. Ils ont avec leurs clients un rapport inhumain. BICICI, le pauvre enseignant avait sollicité 50.000 F. Certes, il avait touché le plafond de débit, mais la fin de non-recevoir cinglante que lui opposa sa gestionnaire, lui ouvrit les portes de l’enfer. Il n’en sortit jamais… On vient de l’enterrer, il ya un mois.

II. COMMENT ÇA FONCTIONNE?

Le seul péché ici, c’est la nécessité et le dénuement. Le fonctionnaire désargenté qui va au-devant de l’usurier a déjà un pied dans la tombe. Mais, qui est le « margouillat »?

1. « Le margouillat » personne physique

C’est toujours Demba, Bathily, Dramera, Sadjo, pour l’essentiel des ressortissants maliens, tous de la région de Kayes. Ils se transmettent ce « métier » de père à fils, et leurs victimes sont des générations de fonctionnaires ivoiriens. Ils flânent devant les banques, en quête de « clients » qu’ils ont le don d’identifier. Il ya du tout parmi leur clientèle… Les 25 000 enseignants (tous ordres confondus), agents des forces de sécurité, hommes d’affaire…

Exemple : Pour 100.000 F CFA (environ € 150) empruntés, tu rembourses 200.000 F en 1 mois ou 400.000 F sur 2 mois!

Tu lui remets ta carte magnétique et tu signes une reconnaissance de dette. Désormais, c’est lui qui opèrera en ton nom, et tu vivras au crochet de cet analphabète vorace et inhumain. Certains retraités continuent de rembourser encore leurs dettes à la CNPS et à la CGRAE… C’est un contrat à vie!

2. Le « margouillat » S.A.R.L.

C’est la Cotivoirienne, la Socap, et bien d’autres « maison de crédit ». Elles vous « vendent » des appareils électro-ménagers au triple du prix normal. Dehors, Joshua, Adekunlé, Zerbo ou Yssoufou vous les reprennent à des prix dérisoires. Ainsi, pour une dette reconnue de 800.000 F CFA, vous recevrez entre 150 et 200.000 F. Mais pendant 36 mois, vous êtes prélevés à la source! À la fin du mois, vous redoutez les virements. La misère s’installe progressivement. Et la lente descente vers le fond peut commencer…

III. CONSÉQUENCES ET PROPOSITIONS POUR EN SORTIR

1. Conséquences

Margouillats et maisons de crédit ont enseveli nombre de fonctionnaires. Les répercussions de ces pratiques usuraires illicites sont de trois ordres, au moins: décrépitude sociale du salarié, déliquescence psychologique et mauvais rendement professionnel.

Tenez ! Cette anecdote. Un lycée, en 1995, le proviseur, une forte personnalité à courte bride sur son autorité, renvoie du lycée son Adjoint, au motif que ce dernier était « mal habillé » et « pas présentable ». En effet, cet administrateur, client avéré des margouillats, portait des chaussures de clowns, une chemise qui n’avait plus que l’âme et qui trahissait sa forme d’éternel anémié.

2. Comment en sortir?

a) Ne jamais y entrer, reste la meilleure manière d’en sortir.

b) Briser les murs de la honte et du silence. En parler à des amis, à votre banquier, à des hommes de lois. L’usure reste un délit.

c) Lister les erreurs qui vous ont poussé dans le précipice pour ne plus y succomber. Vous savez!

d) Organiser sa vie, sa famille, son salaire et avoir toujours une petite activité parallèle génératrice de revenus.

La misère n’est pas une fatalité. Pensez-y!

Par Mamadou TOURÉ

Comments
Loading...
%d blogueurs aiment cette page :