LES FEMMES AFRICAINES HIER, AUJOURD’HUI ET DEMAIN (12ème Partie)

0 112

Obtenez des mises à jour en temps réel directement sur votre appareil, abonnez-vous dès maintenant à Attoungblan.net.

III. ET DEMAIN? (3ème partie et fin)

Cela dit, loin de moi l’idée que l’égalité du genre serait la cause principale du vieillissement de la population dans les pays développés. Parce qu’en Afrique il n’y a pas non plus autant de naissances qu’autrefois, or on sait comment se porte le continent en matière d’égalité hommes-femmes. Le déficit de natalité pourrait cependant être le fait d’une mauvaise gestion de l’égalité du genre ou de l’inefficacité des mesures d’accompagnement dans des pays industrialisés et modernes qui, d’une situation antérieure d’instrumentalisation sociale de la maternité, sont en train lentement de passer à sa dévitalisation dans une dynamique générale de déshumanisation du travail inaugurée, depuis la révolution industrielle, par le remplacement des personnes par des machines aux postes.

LES FEMMES AFRICAINES HIER, AUJOURD’HUI ET DEMAIN (Suite 10)

Sérieusement, à quel résultat s’attend-on dans une société quand, par exemple, une femme peut perdre son emploi ou certains avantages à cause d’une grossesse? Le message est clair : « Femmes, ne tombez pas enceinte et n’ayez pas des enfants ! » Or le futur de l’Humanité ne se trouve pas sur les chemins de la planète Mars mais dans mains de mademoiselle Marthe, à condition que la société dans son ensemble l’aide à être pleinement femme, c’est-à-dire, une femme avec tous les droits et devoirs. Parce qu’on parle tellement de droits de nos jours qu’on en oublie parfois qu’il existe aussi des devoirs, autant pour les enfants que pour les adultes.

À ces excès du capitalisme il faut ajouter l’avènement, cette dernière décennie, d’un certain courant extrémiste du féminisme qui milite ouvertement pour une émancipation de la terre brûlée, à l’image du groupe Femen (né en Ukraine en 2008), qui s’auto-définit d’ailleurs comme « sexextrémiste et athée ».

Le mouvement féministe est associé généralement à la gauche, et on a parfois l’impression que l’extrême droite est plus dangereuse et plus nuisible que l’extrême gauche. Que non, tous les extrêmes et tous les excès son néfastes, y compris l’excès de droits et de libertés. En niant ainsi publiquement le concept de sexe comme fondamentalement différenciateur et en cherchant à tout prix à être et à faire comme l’homme dans la société, certaines femmes en oublient d’être mères, la principale caractéristique de l’homme étant justement de ne pas accoucher.

maxresdefault

Mais cela ne rend aucun service à la femme et à l’humanité que les femmes soient comme les hommes. Ce qu’il faut c’est aider les femmes à être de meilleures femmes et les hommes à être de meilleurs hommes.

Le capitalisme a apporté aussi avec lui l’individualisme. Traditionnellement, la collectivité absorbait l’individu; la modernité a consacré le triomphe de l’individu sur la société. Parallèlement, l’homme s’étant naguère saisi de la femme pour en faire sa chose, le féminisme radical, au nom du sacrosaint « moi d’abord », s’évertue à la sauver des griffes masculines pour qu’elle ait enfin « sa propre vie ».

Ces positionnements idéologiques et des facteurs de type socioéconomique ne sont pas totalement étrangers au bouleversement des relations entre les hommes et les femmes dans les pays les plus développés, particulièrement en ce qui concerne le mariage, ce qui, à son tour, a pu contribuer en partie à la chute des taux de natalité. Dans le rapport plus haut cité des Nations Unies sur la population mondiale  (2014: 10-11), on peut lire que depuis la Conférence internationale du Caire sur la population et le développement en 1994, l’augmentation de l’âge du mariage et de la vie en couple a fait reculer l’âge de la première naissance.

C’est en Europe que les personnes se marient de plus en plus tard, l’âge du mariage y ayant augmenté de plus de 2,5 ans chaque décennie pour les femmes. Comme il ne pouvait en être autrement, cette évolution du mariage et de la vie en couple a impacté négativement la relation entre le mariage et la naissance. Les naissances hors mariage ont augmenté ces vingt dernières années par rapport à l’ensemble des naissances dans de nombreux pays ayant un taux de fécondité bas ou moyen. Désormais, plus de la moitié des naissances ont lieu hors mariage en Australie et dans sept pays d’Europe, lesquels ont rejoint un groupe de pays d’Amérique latine et des Caraïbes qui présentent habituellement les taux les plus élevés de naissances hors mariage. En revanche, dans la majorité des pays d’Asie et d’Afrique du nord, ces types de naissances sont très peu fréquents.

Connaître l’histoire du monde, depuis la plus ancienne jusqu’à la plus récente, sans en tirer les leçons nécessaires pour le présent et le futur, c’est la victoire du destin sur les chemins de la vie.

Le destin peut vaincre, mais nous avons la responsabilité d’essayer au moins de mieux faire les choses, de telle sorte que notre développement ne consiste pas à calquer bêtement des modèles qui sont en train de convaincre tout le monde de leurs limites. Et pas seulement par rapport au réchauffement climatique qui semble plus préoccuper les personnes en ce moment, mais aussi relativement à la dénatalité structurelle.

world_birthz

Le noble concept d’égalité, posé en termes plus matérialistes qu’humanistes malgré les apparences idéologiques, tuera sûrement l’un des deux sexes et réduira l’autre au statut obscur de sexe endeuillé. S’il ne favorise l’avènement, comme c’est déjà le cas chez les champions du progrès et de l’innovation, d’un troisième sexe.

Il est question pour nous de rester fidèles à nos valeurs profondes selon lesquelles l’individu ne naît pas pour soi-même et ne peut vivre pour soi seul sans mettre en péril la survie même de la communauté et, partant, insister sur le fait que le sexe existe et qu’on ne peut être femme exactement de la même façon qu’on est homme et vice-versa. Nul ne peut se battre contre la nature (Rodríguez Olaizola, 2011: 41), encore moins dans ce domaine.

Le sexe n’est pas un ornement ni un organe muet. Il a des implications physiques et psychologiques empiriques et scientifiquement démontrées qui, impossible de demeurer complétement en dehors des dynamiques socioculturelles des sociétés, assignent aux hommes et aux femmes des rôles spécifiques dans certains compartiments de la vie.     

La femme doit-elle entrer dans les sociétés africaines encore trop masculines et machistes pour qu’elles soient humaines? Eh bien, que les femmes africaines entrent entières dans nos sociétés pour que l’objectif soit viable. Qu’elles entrent par les écoles et les universités du continent et du monde, qu’elles entrent par un marché du travail accessible, qu’elles entrent par la pleine reconnaissance de leur dignité et le respect de leurs droits, qu’elles entrent par la capacité d’hériter aussi de leurs parents, de posséder des terres et des biens, de jouir du même salaire que les hommes dans le secteur privé comme dans le secteur public, qu’elles entrent en occupant des postes politiques importants dans nos pays, etc.

Moi qui aie deux filles, n’aimerais-je pas les voir étudier correctement et occuper dans la société ivoirienne de demain des postes de travail juteux ? Mais que mes deux filles et toutes les femmes africaines d’aujourd’hui et de demain entrent aussi dans nos sociétés comme épouses, mères et éducatrices à côté d’hommes  éduqués également pour être de meilleurs époux, pères et éducateurs.

IMG_1819256235557531

Car en effet, l’égalité et l’équité ne consistent pas en un mouvement unilatéral de la femme dans sa mentalité et son rôle social. Elles supposent autant un changement de comportement et un mouvement de l’homme dans sa mentalité et sa fonction sociale.

Dit autrement, en même temps que les femmes accèdent aux activités et aux professions traditionnellement réservées à l’autre sexe, les hommes aussi devraient s’impliquer davantage dans certaines des choses que la tradition avait confiées à la femme seule, en l’occurrence les travaux domestiques.

Suite: LES FEMMES AFRICAINES HIER, AUJOURD’HUI ET DEMAIN (Suite 12 et fin)

Par Djandué Bi Drombé

Commentaires
Loading...
%d blogueurs aiment cette page :