LES CORPS PIMENTÉS

0 112

Obtenez des mises à jour en temps réel directement sur votre appareil, abonnez-vous dès maintenant à Attoungblan.net.

Afrique, mon Afrique !

Terre de mes ancêtres cabalistiques,

Des rythmes tambourins tonnants,

Des forêts et chants sacrés,

Secret de ton âme noire…

 

Afrique, mon Afrique !

Gargote de l’humanité coloriée

Je m’abrite sous la tente ta mémoire dévastée

D’un passé blanc ténébreux ;

Que reposent tes fils avortés en paix !

 

Afrique de la Femme d’ébène,

De celle qui porte le monde dans son dos

Et l’alimente de son sein : Ô femme,

Qui es-tu devenue ?

 

Errements d’une mode têtue : salissure corporelle.

Ton noir s’embrase, se mue, se stigmatise

Sous cette chaleur insoluble pimentée

D’odeurs, de tâches de caméléon.

 

Où est-elle passée ta fierté africaine ?

Dans les bras de l’occident,

Dans les germes de ta couleur reniée

Pour  celle d’arrivée.

 

Qui es-tu devenue Femme africaine ?

Ni africaine, ni blanche

Perdue dans les entrailles de l’illusion

Tu es la couleur regrettée.

                                                                                                         Par Joël KEFFA

Commentaires
Loading...
%d blogueurs aiment cette page :