LE SEXE EN NOUCHI ET EN FRANÇAIS IVOIRIEN

0 732

Obtenez des mises à jour en temps réel directement sur votre appareil, abonnez-vous dès maintenant à Attoungblan.net.

Si le nouchi a alimenté la musique zouglou dès sa naissance, celle-ci a aussi continuellement enrichi le lexique nouchi, que ce soit en lui apportant de nouveaux mots ou en aidant à en vulgariser d’autres. Depuis son avènement en 2002, le couper-décaler a emboité le pas au zouglou dans ce domaine.

Ainsi donc, dans un article publié en 2011 dans la revue Arbor: Ciencia, pensamiento y cultura, Nº 751, pp.983-992, le Dr Yao Koffi traite de « La liberté d’expression dans le langage sexuel en zouglou et en couper-décaler ». Cette contribution pour l’espace « Au yôrô » d’Attoungblan.net s’inspire largement de cet article écrit en langue espagnole.

Pour désigner le sexe féminin, le nouchi et/ou le français populaire ivoirien emploie des termes tels que :

  • le kpètou
  • le bas-fond
  • le gléi
  • le sous-sol
  • le fourreau
  • la zone
  • le kôtôkôli (une espèce d’oiseau en baoulé)
  • le gnrin (mot bété désignant le sexe féminin)
  • le trou
  • le pot
  • le kôkôbou (mot baoulé qui signifie anus, auquel on assimile donc le sexe féminin étant donné la similitude entre les deux organes)
  • le zaza (révélé par la série télévisée ivoirienne « Faut pas fâcher »)
  • etc.

Plus récemment, des termes comme kplo (la peau en baoulé) et gésier on fait leur entrée sur cette scène lexicale déjà bien chargée.

4b47d572a41f94a9e530c6b9396c6107

Pour désigner le sexe masculin, le nouchi, mais aussi l’ivoirien, dispose des termes suivants:

  • le zizi (un peu comme le masculin de zaza)
  • le kiki (plus adapté pour parler du sexe des petits garçons)
  • la taule
  • le bangala
  • le bakary (prénom dioula)
  • la bite
  • la queue
  • la famille
  • le patrimoine
  • le paquet, le tas
  • le bazooka
  • le PDG (Président Directeur Général, pour son rôle ô combien important)
  • etc.

Les deux sexes en présence, l’acte sexuel n’est pas très loin. Les nouchiphones et ivoirophones sont aussi très inspirés pour exprimer cette réalité vitale.

  • le tatali
  • la grêure ou le grêli
  • le wessage
  • la danse du va et vient
  • le bouêli (mot baoulé)
  • l’enjaillement (de l’anglais enjoyment)
  • le mougouli
  • le maplôli
  • le litball (par analogie au football, pour dire le sport qui se pratique au lit)
  • etc.

fb1d3350d52d0dc5664a23617db5caf5-nature

D’où les verbes suivants pour exprimer l’idée de « Faire l’amour ».

  • grè
  • mougou
  • maplô
  • laler
  • grimper
  • laver le gléi
  • aller au sous-sol
  • aller au bas-fond
  • aller kpaco
  • casser le kpètou
  • fougbè
  • faire le fesson bè
  • faire le tchoukou-tchoukou
  • taner
  • tah
  • couler l’eau, mettre l’eau (allusion à l’éjaculation)
  • tirer le pot
  • wesser
  • monter à cheval, bomber
  • allumer, gérer
  • zozia
  • pinailler
  • lancer fesses
  • s’envoyer (réduction de s’envoyer en l’air)
  • etc.

En nouchi, la liste des termes n’est jamais exhaustive, encore moins dans un domaine aussi chargé de fantasmes et d’images que celui de la sexualité.

Cette riche terminologie laisse néanmoins apparaître une constante quant à l’origine des mots employés en nouchi et/ou en français populaire ivoirien pour traduire les idées de sexe et de rapport sexuel.

Ce sont tantôt des vocables français dont la métaphore évoque la localisation (bas-fond, zone, sous-sol, trou, etc.), la forme ou l’aspect (queue, gésier, pot), etc. du sexe féminin ou du sexe masculin ; tantôt des termes issus de nos langues locales (gnrin, bouéli, kôkôbou, etc.) ; tantôt des onomatopées ou des créations lexicales originales faisant allusion aux mouvements (tchoukou-tchoukou), aux sonorités (tatali, maplô ) ou aux sensations (grêli, mougouli) liés à l’acte sexuel.

Par Dr Yao Koffi et Dr Djandué Bi Drombé

Commentaires
Loading...
%d blogueurs aiment cette page :