LE LANGAGE DES ARMES ET LE LANGAGE DU STYLO

0 105

Obtenez des mises à jour en temps réel directement sur votre appareil, abonnez-vous dès maintenant à Attoungblan.net.

En Côte d’Ivoire, le langage des armes est plus facilement assimilable que le langage du stylo. Le langage des armes est plus facilement assimilable car au bout il y a la mort, l’exil, la perte de tous les biens, voire du pouvoir et tous les privilèges y liés. Quand ce langage est adressé aux gouvernements, des ministres sont immédiatement dépêchés pour régler la situation. Le langage des armes a fait partir le régime de Bédié en 1999, celui de Guéi en 2000, celui de Gbagbo en 2011. Ce même langage a fait trembler à maintes reprises le pouvoir actuel.

Le langage des armes est l’un des plus puissants dans ce pays, un véritable privilégié, recevant honneur et allégeance à chaque cri. Le langage des armes ne rime avec aucun style. Il est cru, cruel et sans pitié ; il n’est pas le camarade de quelqu’un, il fait mouche et étale le sourd. Il n’a pas besoin d’intermédiaires, de petits plaisantins en costume. Le langage des armes ne connaît pas son géniteur. Quand tu joues avec son argent, il te fait plier et replier quelle que soit ton arrogance. C’est le langage des miliciens, des militaires, des gendarmes, des soldats et consorts.

Le langage du stylo, lui, ne reçoit jamais les mêmes oreilles attentives dans notre pays, parce qu’il est réfléchi et donne le temps à l’oppresseur. Depuis des décennies, le langage du stylo a été traîné dans la boue, dans les injures, le mépris. Il a essuyé le courroux du plus minable des citoyens, y compris ceux qu’on croyait intelligents, matures. Car ce langage est doux comme la patate. Il est patient, conciliateur ; il écoute, réfléchit, analyse et donne du temps au malfaiteur avant de se braquer. Le langage du stylo est tenu par le maître, la maîtresse, le professeur.

Opposé au langage des armes, le langage du stylo est le concepteur, réalisateur, metteur en scène de toutes les fonctions de cette nation. Sans ce langage, juge, ministre, maire, député, président, recherche, etc. serait un leurre. Il crée l’avenir à la portée de nos espérances. Il n’a jamais compté ses heures pour prodiguer savoirs, connaissances et tant d’autres choses. Grâce au langage du stylo, tous, nous avons appris la vie, nous roulons dans des véhicules et baignons dans le luxe.

NOUS AUSSI FAISONS BEAUCOUP POUR CE PAYS

Oui, quels que soient vos titres, diplômes, rang social, vous aurez été façonnés de bout en bout par des hommes, qui demeureront toujours vos maîtres pour vous avoir dispensé le savoir, pour vous avoir formés et « fait de vous, ce que vous ne pensiez pas être ». De la maternelle au doctorat, en passant par le primaire, le secondaire et les formations intermédiaires, le langage du stylo mérite donc reconnaissance, respect et honneur.

Pourquoi donc le brimer, le banaliser, le mépriser quand il réclame des conditions de vie et de travail meilleures ? Où est le crime dans ce cri de désarroi pour que des ministres qui se targuent d’avoir été enseignants, méprisent tant ce pilier sans lequel aucun système de ce monde ne peut tenir sur pieds? La voix du langage du stylo est aujourd’hui portée par la Cnec, le Codec, le Midd et bien d’autres syndicats. Mais sans arme, et malgré les menaces, intimidations, emprisonnements, etc. il fera plier les oppresseurs. Sa morsure met du temps avant d’agir mais son venin est capable de faire couler tout système, aussi solidement enraciné qu’il soit.

Par Dr YAPI Michel

Commentaires
Loading...
%d blogueurs aiment cette page :