LE BAPTÊME APRÈS LA NAISSANCE EN PAYS WÊ

0 9

Obtenez des mises à jour en temps réel directement sur votre appareil, abonnez-vous dès maintenant à Attoungblan.net.

Le baptême du nouveau-né est une cérémonie au cours de laquelle l’enfant apparaît pour la première fois en public après trois (3) jours dans la maison avec sa mère, si c’est une fille, et quatre(4) jours si c’est un garçon. Cette cérémonie est appelée «mettre le bébé dehors». On remplit un grand mortier d’eau, on y ajoute des écorces pilées de «Kôhouê» (arbre dont les écorces sont épaisses et charnues), des rameaux et des sclérotes de champignons («Blohê»). Le tout est chauffé à l’aide de cailloux préalablement mis au feu.

Le rituel consiste à faire laver l’enfant par sa grand-mère, ou toute autre femme adulte mère de plusieurs enfants, dans l’eau du mortier en lui formulant des vœux de bonheur, de longévité, de réussite, de discipline, etc. Ensuite, après trois (3) ou quatre(4) passages dans la vapeur, le nouveau-né est remis à sa mère qui lui souhaite longévité en ces termes: «Demeure avec moi pour une longue vie».

Alors seulement, le père est interpellé pour donner un nom à l’enfant. Le nom est lié aux événements, à l’environnement, ou à tout autre phénomène. L’enfant est enfin badigeonné de «Blohê», ainsi que les membres de sa famille. On déverse le contenu du mortier sur la route pour que les ancêtres prennent acte de la cérémonie et le tout est couronné par un grand festin.

Jusqu’à sa puberté, l’éducation de l’enfant est laissée à sa mère, s’il est du sexe féminin, et au père s’il est du sexe masculin. On lui apprend à surmonter les difficultés du quotidien et à sauvegarder l’honneur de la famille en tout lieu, en tout temps et en toute circonstance.

Par Firmin MAHAN

Commentaires
Loading...
%d blogueurs aiment cette page :