LE BAISER MORTEL DU CORONAVIRUS: UNE OCCASION DE RACHAT? (1ère Partie)

0 39

Obtenez des mises à jour en temps réel directement sur votre appareil, abonnez-vous dès maintenant à Attoungblan.net.

Le 18 mars à 15h30, trois faits majeurs avaient attiré mon attention: l’inconscience de certains Ivoiriens qui croyaient naïvement que les Noirs étaient invulnérables au coronavirus, le silence coupable de nos autorités qui avaient expressément laissé des personnalités proches du pouvoir rentrer chez eux, refusant le confinement à l’Injs alors qu’ils venaient de France, et le décès dû au coronavirus de la vice-présidente de l’Assemblée nationale du Burkina-Faso.

 NON, LE NOIR N’EST PAS INVINCIBLE AU CORONAVIRUS

«Si on se base sur le cas du député qui vient de décéder, le diabète qui la rongeait, a été maîtrisé jusqu’à ce qu’elle soit contaminée par le coronavirus et trépasse finalement. Ce que je voudrais qu’on retienne, chaque corps a son système immunitaire. Alors, en Afrique, à part les riches qui font leur bilan de santé, les classes moyennes et les pauvres ne vont pratiquement pas à l’hôpital sauf quand elles sont malades. Car souvent, ils n’ont même pas le minimum pour se soigner.

Beaucoup parmi nous ne savent pas leur propre état santé, beaucoup n’ont pas d’anticorps aussi puissants pour défendre leur organisme s’ils sont atteints. C’est pourquoi nous insistons que nous sommes aussi vulnérables que les Occidentaux. Ajoutés à cela, la température qui est en train de baisser dans certains pays africains dû fait de la pluie, l’irresponsabilité de certains de nos dirigeants qui ne peuvent même pas mettre le minimum de sécurité en place pour prévenir la maladie. Du coup, certaines conditions sont réunies pour rendre le noir aussi vulnérable. Soyons au moins conscients de ce fait et prenons les mesures de précaution qui s’imposent.

Depuis maintenant quelques mois, le monde assiste, ébahi et tétanisé, à la furie d’un virus qui dicte sa loi. La crise du coronavirus et son lot de morts quotidiens, sur tous les continents et dans toutes les couches sociales, sonne comme un appel et nous interpelle tous: riches, pauvres, noirs, blancs, jaunes de tous les continents. Nous devons comprendre cette pandémie et l’action principale qui s’y rattache, le confinement chez soi, au milieu des siens, comme l’appel du Tout Puissant à un retour aux fondamentaux: la famille telle que conçue par ses soins depuis la création du monde. La nature en a marre de nos caprices et nous lance un appel, étant nous-mêmes incapables de la comprendre.

L’HUMANITÉ ÉBRANLÉE ET LA SOCIÉTÉ EFFONDRÉE PAR UN PETIT MACHIN

LA CRISE DU CORONAVIRUS A RÉVÉLÉ LA MAUVAISE CONDUITE DE L’HOMME

En effet, en Europe, la famille de type africaine s’est totalement effritée. Elle se décompose et se recompose au milieu de désirs capricieux, défiant Dieu. Un nouveau type de famille est né qui bouleverse les normes existantes, avec la promotion de couples homosexuels (homme-homme, femme-femme), la zoophilie (le mariage entre un humain et un animal). De toutes les crises qui surviennent, les pays occidentaux s’en sortent toujours, presqu’aussi facilement malgré leur dangerosité: catastrophes naturels et humains. Mais cette fois-ci, cette crise, au départ banal, est devenue un os dans la gorge de toute l’humanité.

L’une des armes fatales de l’Occident, c’est sa capacité à obliger de la manière la plus douce, tous les pays dominés à suivre sa ligne de conduite, son mode de vie, sa vision, bonne ou pas, au moyen de pressions financières et de menaces de déstabilisation. L’Occident, qui subit les assauts répétés de tous les laissés-pour-comptes des pays pauvres, est devenu l’épicentre et le système nerveux de presque toutes les bêtises humaines, à commencer par la décomposition et l’effritement de la famille. Le système mis en place a favorisé le vieillissement accéléré de la population et aujourd’hui, ce sont les gens du troisième âge qui sont les principales victimes de cette pandémie.

Il a réussi à distiller dans les esprits, et de la façon la plus subtile, toutes les mauvaises directions empruntées qui lui valent d’être une société axée principalement sur les droits au détriment des devoirs. L’Occident a fini par faire croire que le mode de vie des pays pauvres est à rejeter, car lui seul détient les clés du bonheur, la prouesse technologique aidant. La crise du coronavirus n’est-elle pas un appel à revenir aux fondamentaux, la vie telle qu’enseignée dans les livres saints? Une profonde réflexion s’impose pour comprendre et entendre les voix/voie de Dieu.

Suite: LE BAISER MORTEL DU CORONAVIRUS: UNE OCCASION DE RACHAT? (2ème Partie)

Par Dr. YAPI Michel

Commentaires
Loading...
%d blogueurs aiment cette page :