LA TOUCHE BAOULÉ DANS LA CULTURE IVOIRIENNE D’HIER À AUJOURD’HUI

0 92

Obtenez des mises à jour en temps réel directement sur votre appareil, abonnez-vous dès maintenant à Attoungblan.net.

Le baoulé est l’une des langues locales les plus importantes en Côte d’Ivoire en termes de nombre de locuteurs. Les Baoulé sont si nombreux qu’on les trouve partout. Leur influence socio-culturelle s’explique aussi par le fait que «les femmes baoulé ne trient pas garçons». C’est ce qu’on dit entre Ivoiriens, sans aucune méchanceté. Il y a donc chez eux, depuis leurs contacts précoces avec d’autres peuples de Côte d’Ivoire suite à leur arrivée massive du Ghana, une capacité d’adaptation extraordinaire.

Depuis toujours, en effet, tout ce que les Baoulé adoptent, ils l’adaptent aussi. Et en l’adaptant, il lui confère une dimension nationale grâce à cette assise démographique qui induit aussi la très grande popularité de leur parler. L’usage qui est fait aujourd’hui du terme «yako» dans notre pays témoigne éloquemment de cette popularité; et je renvoie le lecteur ou la lectrice à l’article consacré au baoulé dans le secteur de la restauration en Côte d’Ivoire pour en mesurer la réalité.

Mais l’apport du Baoulé à la culture ivoirienne va bien au-delà de la gastronomie. Dans cette contribution, nous voulons retenir quatre éléments de notre patrimoine culturel qui, pour la plupart d’entre eux, sont ce qu’ils sont désormais grâce à la touche et au génie baoulé. Et je suis d’autant plus à l’aise pour en parler que le gouro que je suis ne peut, sur ce coup, être accusé de parti pris.

RECETTE 05 : REDÉCOUVRIR LE CAFÉ BAOULÉ AU XXIème SIÈCLE

D’abord le pagne tissé à la main. Comme beaucoup le savent et le disent à qui veut les écouter, ce sont les Gouro qui ont appris à tisser aux Baoulé: «Il semble acquis que les Gouro ont transmis aux Baoulé l’art de la sculpture sur bois et la technique du tissage que les Baoulé ont ensuite réinterprétés selon leur génie propre.» Tant et si bien qu’on parle plus généralement de «pagne baoulé». De nos jours, les Baoulé sont ceux qui perpétuent à plein-temps cet art du tissage, notamment dans la région de Tiébissou.

Vient ensuite la danse Goli que les Baoulé, en particulier ceux de Béoumi, sont allés apprendre chez les Ouan: «C’est vers 1900 que les Baoulés arrivés à Bouaké, vont emprunter le masque goli aux Wan; ce qui explique aujourd’hui sa popularité et sa complexité.» Les Baoulé ont en effet vulgarisé cette danse masquée au-delà de nos frontières en la présentant sur les scènes d’ici et d’ailleurs, avec des artistes tradi-modernes tels que Jimmy Hyacinthe, John Jongoss ou Tantie Oussou, et que ce soit à travers le rythme musical, les pas de danse ou le masque lui-même et sa chorégraphie.

Enfin, plus récemment, les Baoulé se sont illustrés et s’illustrent encore par les concepts de Paquinou et de Maquis baoulé. Paquinou relève d’un syncrétisme culturel. C’est la Pâques chrétienne récupérée et réinterprétée grâce à la coïncidence de calendrier entre cette fête religieuse et le retour massif chez eux des paysans baoulé partis parfois très loin de leur terre natale pour faire fortune dans la culture du café et du cacao.

Plus ou moins lié à Paquinou, le concept de Maquis baoulé répondait initialement au besoin pour certains Baoulé qui ne pouvaient se rendre au village de faire venir le village à eux ici à Abidjan. Mais c’est peut-être d’abord dû à la forte présence, depuis toujours, des femmes baoulé dans le milieu de la restauration; si bien que les maquis baoulé ont existé longtemps avant l’émergence du concept même de Maquis baoulé.

Tout compte fait, aujourd’hui, avec ou sans Paquinou, les Maquis baoulé font partie du paysage des lieux de restauration et de détente à Abidjan et ailleurs Au point même de faire des émules chez d’autres peuples de Côte d’Ivoire: maquis gouro, maquis bété, etc. C’est de bonne guerre car il y a aussi du marketing dans l’affaire. Mais doit-on s’attendre un jour à voir émerger des maquis dioula? Je déconne!

Par Paul-Bathesty DROMBÉ

Commentaires
Loading...
%d blogueurs aiment cette page :