LA SCIENCE D’ACCORD, MAIS LA NATURE D’ABORD

0 84

Obtenez des mises à jour en temps réel directement sur votre appareil, abonnez-vous dès maintenant à Attoungblan.net.

Seule la nature peut contrôler la nature ; la science est l’étude de la matière et de l’interprétation des phénomènes qui se produisent au sein de cet équilibre parfait qu’est l’univers.

Nos ancêtres ont appris à contrôler la nature sans causer de dommages à une partie de celle-ci. Ils maîtrisaient le feu et ils n’ont jamais plongé le monde dans un quelconque déluge de feu, d’apocalypse ou d’autres. Ils maîtrisaient la pluie. Ils connaissaient les plantes. Ils savaient parler à la nature.

« Le livre du monde est écrit en langage mathématique », disait Galilée dans une Europe réfractaire à la science. Dans une Europe où, jusqu’au XVe siècle, les scientifiques, les philosophes étaient persécutés au nom de la foi chrétienne ; cette Europe-là a mis beaucoup de temps pour s’adapter au miracle grec.

 À ce moment en Afrique noire, tout obéissait aux lois de la physique: la disposition des cases dans un village, la position des pyramides, les tresses des femmes… La Géométrie était au centre de la vie socio-culturelle !

Une Grèce où fusent toutes les formes de pensées et connaissances, en s’y développant avant d’atteindre les autres contrées lointaines, l’ancêtre de la civilisation occidentale qui naquit depuis la nuit des temps d’après des prétentions suprématistes et totalement fausses.

Et pourtant l’Europe de l’ère chrétienne, jusqu’au début du XVIIIe siècle, sombra dans l’absurdité allant de guerres en invasions des autres territoires qu’ils considéraient comme non-civilisés.

Quand cette Europe se bomba le front pour crier la beauté de sa civilisation et proclama le Siècle des Lumières, elle avait déjà commis les crimes les plus atroces de l’histoire, elle avait enchaîné des humains pour les soumettre aux corvées que les machines étaient incapables d’accomplir.

C’est qui l’homme supérieur qui s’occupe à énerver la nature?

Le respect de la nature est une norme que nos aïeuls considéraient comme indiscutable.
L’Africain supérieur, je parle des êtres spirituels qui bénéficient de l’héritage sacré des ancêtres, ne lapide pas la nature, ni ne la soumet à aucun déséquilibre. Avant l’arrivée des colons, les mers étaient poissonneuses, les forêts étaient verdoyantes, les savanes regorgeaient d’animaux sauvages de toutes les espèces, les arbres gardaient leurs branches longues…, la Nature était intacte et pourtant aucun Africain n’avait faim et l’Afrique était très peuplée !

Par Ousmane SAMB

NB : Le titre et les illustrations sont de notre rédaction

Commentaires
Loading...
%d blogueurs aiment cette page :