LA PHILOSOPHIE DU VENTRE: ZOO D’ABIDJAN/ UN ANIMAL QUI A FAIM N’EST PAS UN ANIMAL LIBRE

0 29

Obtenez des mises à jour en temps réel directement sur votre appareil, abonnez-vous dès maintenant à Attoungblan.net.

Dans un discours prononcé le 6 septembre 1952, Adlaï Ewing Stevenson, homme politique américain, disait: «Un homme qui a faim n’est pas un homme libre.» Félix Houphouët-Boigny, le premier président de la Côte d’Ivoire qui reprend plus tard cette citation ajoutera l’explication suivante: «Il n’a ni la volonté, ni la force de s’élever au-dessus des contingences matérielles pour se comporter en être pensant.»  

Quand un soigneur du Zoo d’Abidjan qui s’est inquiété de la malnutrition des animaux reçoit une lettre de licenciement après neuf ans de loyaux services, on est obligé de penser qu’un animal qui a faim n’est pas non plus un animal libre. Privé de sa liberté, le voici dépendant de personnes incapables de le nourrir correctement et qui refusent en même temps que quiconque dise la vérité sur ses conditions de vie.  

Selon un site qui relaie l’information, tels sont les mots du courrier adressé à l’homme de 37 ans par la Direction du Zoo: «Suite à la divulgation d’informations concernant vos activités professionnelles et celles du Zoo d’Abidjan, nous sommes dans le regret de vous informer que votre contrat prend fin dès réception de cette lettre.» Le prix de la vérité sous l’empire du mensonge institutionnalisé!

Agness Meledje Enoch, le soigneur abusivement licencié, était responsable de la section des primates. Dans un élan de solidarité animale, et pour confirmer que les animaux du Zoo d’Abidjan ne sont pas bien traités, une hyène s’est échappée dans la matinée du mardi 8 septembre 2020, semant la panique dans la cité Las Palmas des II Plateaux avant d’être rattrapée. Le message est clair: «Si vous êtes incapables de nous nourrir, chers humains, redonnez-nous notre liberté!»

Par Dr. Paul-Bathesty DROMBÉ

Commentaires
Loading...
%d blogueurs aiment cette page :