LA PHILOSOPHIE DU VENTRE: HOMMAGE AU CONCEPTEUR DU «RESTAURANT» POLITIQUE

0 36

Obtenez des mises à jour en temps réel directement sur votre appareil, abonnez-vous dès maintenant à Attoungblan.net.

«Ceux qui sont partis du PDCI-RDA sont au restaurant, quand ils finiront de manger, ils reviendront à la maison.» (Adam Yéboua Patrice)

Dans la nuit du mardi 14 au mercredi 15 juillet 2020, aux environs de 2h du matin, le doyen Adam Yéboua Patrice, vice-président du PDCI-RDA pour la région du Gontougo (chef-lieu Bondoukou), a tiré sa révérence. Tous les sites qui relayent l’information ne manquent pas de rappeler cette boutade à laquelle l’opinion nationale associe désormais l’image du vieux sage: «Ceux qui sont partis du PDCI-RDA sont au restaurant, quand ils finiront de manger, ils reviendront à la maison.» C’était à sa Résidence à Abidjan en août 2019.

C’est aussi cette boutade qui lui vaut le présent hommage dans la philosophie du ventre, tant elle est significative d’à quel point la politique du ventre est enracinée dans notre pays, avec des hommes et femmes souvent plus soucieux de se servir que de servir l’État, et dont la vision ne dépasse pas l’horizon arrondi de leur abdomen. Kobenan Kouassi Adjoumani, porte-parole du RHDP, avait répondu à cette «plaisanterie de mauvais goût», le samedi 12 octobre 2019 à Yamoussoukro, en ces termes: «Qui ira où il y a la famine?» Venant de lui, rien d’étonnant!

Monsieur Adam Yéboua Patrice «a été compagnon des prisonniers pour Houphouët-Boigny, député, grand planteur de palmier-hévéa et chef traditionnel». Sa mort survient «au moment où sa prophétie s’accomplit avec le retour de certains cadres» du PDCI-RDA à la maison. Le «restaurant-RHDP» se vide de son monde. Qu’ils y soient allés par «conviction ou sous pression», estime-t-on depuis certaines instances du vieux parti, «le plus important, c’est de revenir à la maison» car «un vrai PDCI ne se perd jamais. Il revient toujours en famille.»

Avec la mort de cet «inconditionnel» du parti dans le Gontougo, le Président Henri Konan Bédié, candidat déclaré à l’élection présidentielle prochaine, et toute sa famille politique perdent un homme de conviction et d’engagement. Au-delà du concept de «restaurant» qui s’ajoute à celui de «tabouret» d’Adama Bictogo pour renforcer l’idée de s’asseoir pour manger comme une plaie béante de notre vie politique à penser/panser absolument si nous voulons aller de l’avant, le doyen Adam Yéboua laisse au militants de son parti cette recommandation: «Restez fidèles à votre engagement au PDCI», soit le résumé de sa propre vie. Adieu, vaillant militant; que la terre te soit légère!

Par Dr. Paul-Bathesty DROMBÉ

Commentaires
Loading...
%d blogueurs aiment cette page :