LA PHILOSOPHIE DU DOS: MILES DAVIS (1926-1991), CE COMPOSITEUR ET TROMPETTISTE DE JAZZ AFRICAIN-AMERICAIN JOUE LES YEUX CLOS ET DOS AU PUBLIC.

0 12

Obtenez des mises à jour en temps réel directement sur votre appareil, abonnez-vous dès maintenant à Attoungblan.net.

En hommage à Paul Arnaud qui m’a fait découvrir à la fois la musique de Miles et le livre Miles, L’Autobiographie.

Pour les spécialistes du jazz, Miles Davis avec l’album ‘’Kind of Blue’’, a produit un chef-d’œuvre absolu, un des monuments du jazz. Selon eux, «le disque est limpide, intime et facile à écouter, la sensibilité et la musicalité sont extraordinaires, la qualité des solos, est incroyable, et le son est parfait. C’est tout simplement le disque de jazz qui est en tête de toutes les ventes de l’histoire du jazz, …C’est l’album de jazz le plus célèbre de l’histoire de la musique…» Miles avait une particularité: il jouait à la trompette en tournant le dos à son public, en majorité blanc. Était-ce par racisme, par provocation?

Il avait en effet, de bonnes raisons de le faire. L’Amérique était ségrégationniste. Il en souffrait, directement ou indirectement. D’abord il fut choqué par le cas Bessie Smith. Blessée lors d’un accident de voiture, la chanteuse de blues mourra sur une route secondaire du Mississipi en 1937. Elle s’est vidée de son sang parce qu’aucun hôpital tenu par des Blancs n’a voulu d’elle. Ensuite, un soir de 1959, après un concert où il est pourtant en tête d’affiche, Miles raccompagne une amie blanche. Un flic blanc le prend de haut et lui demande de ‘’dégager’’. Miles refuse. Frappé au visage, il passera la nuit au poste, la tête ensanglantée.

Enfin, en 1960, son père, admirateur de Marcus Garvey et condisciple de Nkrumah à la Lincoln University, s’était fait accrocher en voiture par un train à un passage à niveau non protégé en pleine campagne. Les ambulanciers appelés au secours refusent de le transporter à l’hôpital. Il doit attendre de longues heures un ambulancier noir. Après cet accident, son père ne marcha plus droit ; il ne pouvait plus exercer son métier de dentiste. Tremblant de tout son corps, il était comme un boxeur groggy. Il meurt deux ans plus tard.

Ces cas de racisme ordinaire auraient pu pousser Miles à jouer dos au public blanc. Mais s’il le faisait, c’’était pour d’autres raisons. Jouer en tournant le dos au public, dit-il, lui permettait d’adapter sa trompette au jeu des musiciens. Il pouvait alors écouter attentivement et entendre nettement la batterie.

En 1949, lors d’un séjour parisien, Miles (23 ans) entend battre le cœur de Juliette Greco (22 ans), muse des existentialistes. Les deux tourtereaux ne se tournent pas le dos.

Par BOA Thiémélé Ramsès, Professeur des Universités

Commentaires
Loading...
%d blogueurs aiment cette page :