LA PHILOSOPHIE DU DOS: LE DOS DU PRÊTRE OU DE L’IMAM

0 65

Obtenez des mises à jour en temps réel directement sur votre appareil, abonnez-vous dès maintenant à Attoungblan.net.

Dans le rite extraordinaire catholique, le prêtre célèbre la messe « dos au peuple » : la prière eucharistique est dite devant l’autel, dos au peuple. Il en est de même pour l’islam : l’imam tourne le dos aux fidèles lors de la prière. Il existe, dans le catholicisme, un autre rite dit ordinaire Le prête et les concélébrants sont face au peuple. Le prête et les concélébrants ne tournent plus dos au peuple.

Mais en réalité, est-il correct de parler de célébration « dos au peuple » ? Quand, lors de la prière, le prêtre ou l’imam indiquent l’un Jérusalem, l’autre la Mecque, n’est-ce pas le gaou qui voit leur dos ?

Lorsque le prêtre célèbre tourné vers l’autel, donc « dos au peuple », le prêtre et les fidèles se tournent dans la même direction. Le point à considérer ici, ce n’est donc pas le dos du prêtre ni celui de l’imam. Ensemble, le prêtre et le peuple (ou l’imam et les fidèles) regardent et prient en direction du soleil levant. Dans les deux cas cependant, la femme est exclue du service divin.

LA PHILOSOPHIE DU DOS

En effet, la culture patriarcale, phallocratique de ces deux religions discrimine ou ostracise la femme. Dans le culte musulman, elle est reléguée à l’arrière, loin de l’imam. Il fut un temps où dans des universités européennes, on soutenait des thèses sur le sujet : « La femme a-t-elle une âme ? » Ces religions du monothéisme exclusif vont tourner dos à la femme : l’islam la rend incapable d’avoir seule accès au paradis, si elle n’est pas mariée. Le christianisme lui fit porter longtemps le péché du monde en en faisant la descendante d’Eve.

Au contraire, les religions des cultures matrilinéaires lui reconnaissent le pouvoir de participer au service divin. On dit merci à qui ? Merci à Isis l’Africaine qui engendra Horus, l’Enfant-Dieu-Sauveur-du-Monde dont la naissance intervint au solstice d’hiver, le 25 décembre. Ô Isis, source du désir qui provoqua l’érection vitale du membre d’Osiris, tu as rendu le pouvoir des femmes égal à celui des hommes. Tu as tourné dos à la haine et à la paresse. Tu fus Amour et courage. Nous te célébrons en tes métamorphoses en Essi, Assèlè, Assié, Assita, Astarté, Aphrodite, Myriam ou …Marie.

Par BOA Thiémélé Ramsès, Professeur des Universités

Commentaires
Loading...
%d blogueurs aiment cette page :