LA PHILOSOPHIE DU DOS : LE DOS DÉSEXUALISÉ

0 14

Obtenez des mises à jour en temps réel directement sur votre appareil, abonnez-vous dès maintenant à Attoungblan.net.

Porter bébé sur le dos à l’aide d’un pagne est une pratique de maternage totalement ancrée dans notre culture africaine. Le corps de la mère sert de support au corps de l’enfant. L’enfant tout petit est porté les bras maintenus à l’intérieur du pagne. Pour le nouveau-né, la nuque est soutenue par le haut d’une seconde étoffe. On le fait ainsi lorsque l’enfant dort. À partir d’un certain niveau de maîtrise posturale, dès que l’enfant tient assis par exemple, ses bras sont libérés quand il est éveillé.

Le bébé que la mère porte au dos a été d’abord porté, désiré mentalement en tant que fœtus. Il a été porté dans la tête en tant que réalité psychique, avant d’être porté dans le dos comme réalité physique. Il a même été porté dans le corps de la mère avant d’être porté sur son corps, dans le dos. Quels sont les avantages du portage au dos ?

LA PHILOSOPHIE DU DOS

Pour l’enfant d’abord, le bébé découvre le monde à hauteur d’humain. Il joue sur le corps de sa mère et est bercé par ses pas. Le toucher et les contacts peau à peau sont valorisés. Or on sait que le peau à peau favorise les comportements d’affection, de lien et d’attachement de la mère. Il produit des stimulations sensorielles multiples, des sécrétions hormonales et des échanges émotionnels entre la mère et son bébé. Le portage met le bébé dans un constant bien-être et une sécurité qui assurent sa disponibilité pour les apprentissages. Porté dans le dos, le bébé est porteur d’amour. Il transforme les parents en leur apportant la joie de vivre. Pour la mère ensuite, le portage traditionnel est source de libération et de liberté. Libre de ses mouvements, elle peut effectuer d’autres tâches.

Malheureusement, l’urbanisation associée à une certaine occidentalisation des modes de vie conduit au renoncement de la pratique de portage. Les bébés sont plus souvent mis dans une poussette ou un landau. L’inconvénient, c’est qu’une distance physique, parfois affective se crée entre le bébé et la mère, entre le bébé et autrui. C’est pourquoi, la tendance actuelle dans de nombreux pays occidentaux est à l’abandon du berceau pour la technique de portage dans une étoffe style kangourou. Cette nouvelle attention pour le portage relève du besoin de contact, de communication avec l’enfant.

Enfin, selon Pierre Erny, certains observateurs font remarquer que le fait d’être porté à califourchon sur le dos ou la hanche peut provoquer une sensibilisation de la zone génitale. Question : les bébés portés au dos se masturbent-ils ainsi dans le dos de leur mère ? Le dos peut-il alors être réellement désexualisé ?

Par BOA Thiémélé Ramsès, Professeur des Universités

Commentaires
Loading...
%d blogueurs aiment cette page :