LA PHILOSOPHIE DU DOS : LE DOS DE GOHOU: DE LA HONTE À LA RECONSTRUCTION DE SOI

0 25

Obtenez des mises à jour en temps réel directement sur votre appareil, abonnez-vous dès maintenant à Attoungblan.net.

Nous connaissons tous Michel Gohou, talentueux acteur qui a fini par s’imposer à force de travail et d’humilité. Mais ce fut dur pour lui : il est né bossu. Le bossu vit avec la honte ou le manque d’estime de soi. Il a beau faire, on le réduit à son dos, à ce qu’on perçoit de lui en premier lieu. Si la honte est là, c’est que l’on ne peut pas cacher ce que l’on voudrait cacher : «Avant, quand je passais dans la rue, les gens disaient : venez, venez voir ça ! Comme si j’étais un objet. Et ils se moquaient de mon physique.» dit Michel Gohou. De là cette pensée de Sartre : «La honte, est honte de soi, elle est reconnaissance de ce que je suis bien cet objet qu’autrui regarde et juge» (L’être et le néant, p. 307). Comment réussir à survivre à la honte ?

LA PHILOSOPHIE DU DOS

Se désolidariser de son corps en le fuyant ? Ce serait un déni de la réalité. S’accepter et se reconstruire faisant corps avec son corps ? C’est cette reconstruction de soi que fera Gohou. Les dimensions positives de la vie et les expériences l’aident à endiguer son traumatisme : Victor Yobo, son instituteur lui conseillera le théâtre pour vaincre timidité, complexe et moqueries nées de son handicap du dos ; Daniel Cuxac l’intègre à «Guignols d’Abidjan».

Par un travail sur soi, Gohou n’est plus ce corps honteux qui, jadis, cherchait à s’effacer. La honte ne lui colle plus à la peau : «J’en ai vraiment souffert mais, aujourd’hui, ce n’est plus la même réaction», affirme-t-il. Son dos est à la limite invisible. De nos jours, grâce à la forte résilience, Gohou n’a plus honte de son corps. Car, en effet, le processus de résilience sert à se protéger des effets délétères de l’adversité. Etre résilient, c’est être capable de faire face à des conditions difficiles en transformant l’adversité en occasions de réussite. La qualité de la relation, le soutien des membres de la famille et son réseau social ainsi qu’une forte volonté sont le fondement de la résilience.

La honte a disparu. Gohou est autre chose que son dos. Il est le Gohou Michel, acteur, qui s’aime, s’estime et a confiance en soi. Son dos, anciennement objet d’infamie, a de nos jours un certain charme. Tout le monde reconnaît la force séductrice de la célébrité. Qui sait si Gohou n’en profite pas pour casser des kpêtous, en levrette ou en missionnaire. Grâce au dos.

NB et PS : Pour avoir été un bègue de 10 à 24 ans, je sais ce que souffrir d’un handicap.

Par BOA Thiémélé Ramsès, Professeur des Universités

Commentaires
Loading...
%d blogueurs aiment cette page :