LA PHILOSOPHIE DES CHEVEUX: FAUT-IL ÊTRE BARBU POUR ÊTRE PHILOSOPHE?

0 20

Obtenez des mises à jour en temps réel directement sur votre appareil, abonnez-vous dès maintenant à Attoungblan.net.

Mon premier cours de philosophie me fut dispensé par Madame Kwalext. Madame Kwalext avait une petite barbe. Elle partit de Jules Lachelier, cet enseignant de philosophie qui ne savait définir sa discipline pour nous initier à la sophia. Elle nous enseigna tout de suite que le chemin que nous empruntions n’était pas sans embûche. La philosophie est une discipline difficile qui exige un esprit attentif. Elle disait que nous ne pouvions pas philosopher seul. Nous devions, pour philosopher, citer d’éminents philosophes. Philosophes au nombre desquels ne figuraient étrangement aucune femme.

Les femmes sont-elles minoritaires ou minorées en philosophie? La philosophie serait-elle conservatrice, ethno et androcentrée? Y’a-t-il une sérieuse décrédibilisation de la femme philosophe?

La difficulté qu’exprime la philosophie à se définir est la même qu’elle exprime à dire son identité. Les philosophes (ringards) que nous étudions sont majoritairement des hommes. Les présocratiques qui sont en première de couverture de bon nombre de manuels de philosophie, apparaissent tous barbus. Ces «archétypes» de la philosophie occidentale semblent laisser entendre que la philosophie serait l’œuvre unique des hommes, une affaire de testicules. Pourtant, des femmes exceptionnelles ont marqué l’histoire de la pensée. Ayn Rand, Hannah Arendt, Simone de Beauvoir, Judith Butler et Simone Weil dont la réflexion sur le droit reste, pour moi, la plus profonde. Ces femmes philosophes s’inscrivent dans la droite ligne des grands porteurs du sens. Elles méritent d’être étudiées.

La philosophie des cheveux appelle à redorer le blason de l’identité épistémologique de la femme philosophe. Il n’y a pas un penser féminin différent du masculin qui, de ce fait, doit rester caché et défavorisé. La philosophie est la discipline de tous, hommes comme femmes. La recherche en philosophie est également l’affaire de tous. Il est temps pour nos femmes de confronter leurs idées à celles des autres, à les défendre. Il est temps pour elles de prendre la parole et de réfléchir magistralement.

Par LOPOA Bi Kouamé

Commentaires
Loading...
%d blogueurs aiment cette page :