LA PETITE MYRIAM COULIBALY, LA SURDOUÉE ARRACHÉE VIOLEMMENT À L’ÉCOLE ET PLUS JAMAIS REVUE!

0 165

Obtenez des mises à jour en temps réel directement sur votre appareil, abonnez-vous dès maintenant à Attoungblan.net.

Nous sommes en Côte d’Ivoire, en 1995. Alors jeune enseignant au milieu des années 1990, un fait m’a particulièrement marqué. Quelques années plus tard…parfois j’y pense et un brin de larmes jaillit dans le creux de l’œil que j’écrase avec tristesse. Je tenais une classe de CM1 dans une broussaille perdue dans l’extrême nord de la Côte d’Ivoire. À l’issue du conseil de classe de l’année antérieure, il avait été décidé à l’unanimité de faire sauter la section à Myriam, tant elle surclassait les autres élèves.

Myriam est donc en classe de CM1. Elle ne se laisse pas démonter et elle tire son épingle du jeu. Dans le maigre effectif se trouvait la fillette Myriam Coulibaly, à la fois toute pouponne et hautement intelligente, surdouée. On l’aurait qualifiée de petit génie. Dans la petite école nous le savions tous, et l’information avait involontairement escaladé la clôture pour atterrir au village. La nouvelle était parvenue aux oreilles de papa et maman.

Et puis, un bon matin de jour de classe, plus de Myriam. Le second jour je m’en inquiétai et envoyai Bakary, un autre élève qui lui était proche, pour prendre de ses nouvelles. Le lendemain, un autre jour de classe, la réponse tomba et elle était implacable: Myriam Coulibaly aurait été déportée dans un campement lointain pour d’une part l’écarter de l’école et, d’autre part, aider sa mère dans les tâches domestiques, parfois accompagner son père en brousse pour divers travaux champêtres.

Ce n’est pas possible! Nonnn, oooh mon Dieu! Je ne peux l’accepter. Le soir même je me rendis à toute vitesse au domicile connu des parents. Point de traces de Myriam et de la famille. Les voisins non plus n’en disent pas davantage. On se méfie! La hiérarchie fut informée. La petite école est en branle. Les jours suivants, j’entrepris personnellement des recherches et démarches. Bingo, résultat concluant!

CE SURDOUÉ QUI M’AURA MARQUÉ À JAMAIS…

Lorsque je retrouve la fillette dans ce campement lointain au milieu des poules et des canards, occupée à nettoyer et laver les assiettes, sa mère présente pique tout de suite une grosse crise de colère. Je le vis dans ses yeux et par ses gestes abrupts. Je fis des propositions à la mère et tentai une négociation toute alléchante. La petite fille juste à côté nous écoutait la tête baissée. En deux semaines, Myriam avait complètement changé. Elle est maintenant toute sale et amaigrie. Je la reconnus à peine. Je lui donnai une tape amicale pour la rassurer. Elle masque son sourire.

Je sentis qu’elle avait une folle envie de retrouver ses amis d’école. Je sentis qu’elle avait envie de donner le top départ de la chanson pour toute la classe: «Jamais on a vu vu vu, jamais on verra ra ra, la queue d’une souris ri ri, dans l’oreille de chat chat chat…» Je sentis que Myram avait envie de courir dans les allées au milieu des tables-bancs pour distribuer et ramasser les cahiers de devoir de la classe… Je suis content. Maman Myriam semble collaborer en fin de compte.

Mais, lorsque je revins quelques jours plus tard flanqué de mon directeur d’école, Myriam et sa famille avaient évacué les lieux. Nous n’avons plus jamais revu ma petite surdouée malgré les tentatives. Ma classe n’a plus jamais retrouvé la même ambiance. Ma petite Myriam, la surdouée, n’y était plus. Celle qui devançait les questions et les réponses. Celle qu’on aurait cru qu’elle n’est pas née dans cette broussaille perdue. La performance de son cerveau on aurait dit un mini-ordinateur.

Aux dernières nouvelles, on apprit qu’elle pourchassait les bœufs en compagnie de son frère cadet en entonnant les chansons apprises à l’école avec un bâton à la main. L’école qu’elle aurait voulu intégrer… Une pensée pour Myriam… Une pensée pour toutes les Myriam…

NB: Ceci est une histoire vraie. Je tais volontairement le nom du village et de l’IEP. La photo ne sert que d’illustration.

Par Geert Desmet

Commentaires
Loading...
%d blogueurs aiment cette page :