LA PARABOLE DE LA PLAINTE : ÉCHECS ET REGRETS

0 177

Obtenez des mises à jour en temps réel directement sur votre appareil, abonnez-vous dès maintenant à Attoungblan.net.

Pourquoi croire en nos rêves ?

«Un homme reçut en songe, la visite d’un ange. Ce dernier l’informe qu’un avenir radieux l’attendait: il aurait l’opportunité de devenir riche, d’avoir une position sociale importante, serait respecté dans sa communauté et épouserait une très belle femme. Cet homme passa sa vie à attendre que les miracles promis se produisent, mais jamais aucun miracle ne se réalisa. Finalement, il mourut seul et pauvre. Quand il arriva à la porte du ciel, il vit l’ange qui l’avait visité il y a quelque temps, alors l’homme se mit à protester:

– « Tu m’avais promis de la richesse, une bonne position sociale et une très belle femme ; j’ai passé ma vie à attendre, en vain!

Le temps des regrets

– « Je n’ai pas fait cette promesse, répondit l’ange. Je vous ai promis l’opportunité de la richesse, une bonne position sociale et une belle femme. »

L’homme était vraiment intrigué.

– « Je ne comprends pas ce que tu veux dire », avoua-t-il.

– « Vous souvenez-vous qu’une fois vous avez eu l’idée de démarrer une affaire, mais la peur de l’échec vous a freiné et vous ne l’avez jamais mise en pratique? »

L’homme hocha la tête.

– « En ne vous décidant pas quelques années plus tard, l’idée a été donnée à un autre homme qui n’a pas laissé la peur de l’échec s’emparer de lui et l’empêcher de la mettre en pratique.

– Vous vous rappellerez qu’il est devenu l’un des hommes les plus riches du royaume.

« De plus, rappelez-vous, … poursuivit l’ange, qu’un jour, un tremblement de terre a dévasté la ville. De nombreux bâtiments se sont effondrés et des milliers de personnes ont été emprisonnées chez eux. À ce moment-là vous aviez eu l’occasion d’aider à retrouver et secourir les survivants, mais vous n’avez pas voulu laisser votre maison seule, de peur que les nombreux pillards viennent voler vos biens ; vous avez ignoré la demande d’aide et vous êtes resté chez vous « .

L’homme hocha la tête avec embarras. « C’était la grande opportunité de sauver la vie de centaines de personnes, avec lesquelles vous auriez gagné le respect de tous », a poursuivi l’ange.

– « Enfin, rappelez-vous cette belle femme aux cheveux roux, qui vous avait tellement attiré… Vous vous êtes dit qu’elle était incomparable à toute autre femme et vous vous êtes dit que vous n’aviez jamais rencontré quelqu’un de semblable. Et vous vous êtes imaginé qu’une telle femme n’épouserait jamais quelqu’un comme vous et pour éviter qu’elle vous rejette, vous ne l’avez jamais approchée ».

L’homme hocha de nouveau la tête. A présent, les larmes se sont mises à couler sur ses joues.

Dieu donne à chacun des opportunités

– « Oui, mon ami, elle aurait pu être votre femme » dit l’ange. Et avec elle vous auriez été béni d’avoir de beaux enfants et de multiplier le bonheur dans votre vie. »

A tous, des possibilités sont offertes. Mais bien souvent, comme l’homme de cette histoire, nous passons par nos peurs, nos sentiments, le manque de confiance en soi et finissons par échouer.

  • Rire, c’est risquer de paraître fou.
  • Pleurer c’est risquer de paraître faible.
  • Se tenir à côté de l’autre, c’est risquer d’être impliqué.
  • Exposer les sentiments, c’est risquer d’exposer le vrai Moi.
  • Partager ses idées et ses rêves avec les autres, c’est risquer de les perdre.
  • Aimer, c’est risquer de ne pas être aimé en retour.
  • Vivre, c’est se risquer de s’exposer à la mort.
  • Avoir de l’espoir c’est risquer de s’exposer au désespoir.
  • Essayer quelque chose, c’est risquer de s’exposer à l’échec.

Mais il faut prendre des risques, car le plus grand risque dans la vie est de ne pas oser. La personne qui ne risque rien, n’est rien, et n’aura rien. Il peut éviter la souffrance et le chagrin, mais il ne peut pas apprendre, ressentir, changer, grandir, aimer et vivre. Enchaînés dans ses attitudes, il devient esclave, car il a perdu le droit à sa liberté.

Seule la personne qui prend des risques est libre.

D’auteur inconnu

Traduit de l’Espagnol par Michel YAPI

Commentaires
Loading...
%d blogueurs aiment cette page :