LA FRIPERIE ET SES DÉRIVÉS

0 55

Obtenez des mises à jour en temps réel directement sur votre appareil, abonnez-vous dès maintenant à Attoungblan.net.

À l’origine, adokaflê était l’appellation donnée, par le Dioula, au prêt-à-porter neuf venu d’Occident et exposé dans les vitrines au Plateau. Quand les premiers ghanéens se lancent dans l’importation et la vente du prêt-à-porter usagé sur les marchés ou dans les rues d’Abidjan, ils criaient « from abroad », qui signifie « de l’étranger, importé, venu d’ailleurs ». Ces vêtements atterrissaient sur le marché ivoirien en provenance des USA via Monrovia au Liberia. Ça coïncidait avec la vague hippie, yéyé. Les vendeurs et les prestataires de services à la criée étaient légions.

«YOUGOU YOUGOU, A DO KA FLÈ »

L’Ivoirien récupère « from abroad » et en fait « brôde » pour dire « prêt-à-porter usagé venu de l’occident ». Plus tard sont apparus des synonymes tels « yougou-yougou » ou « secouer et essayer » (yougou-yougou, a do ka flê). Et comme tout n’était pas déjà porté, certains avaient justes de petites erreurs de fabrication, il était possible de trouver du nouveau dedans; cela donna naissance au raccourci « Toutrounou », de la prononciation déformée de « Tu trouves nouveau » ou « Tout trouver même nouveau ». « Troutrounou » signifierait aussi « Fouille dedans » en Agni.

Le langage populaire est dynamique et d’autres appellations sont sûrement venues enrichir le vocabulaire de la friperie. Aujourd’hui, on trouve des magasins spécialisés en friperies dans les quartiers chics et huppés d’Abidjan. Certains marchés de la friperie ont disparu avec la construction d’ouvrage comme le 3ème pont d’Abidjan et pour des raisons de salubrité urbaine. Il y en a qui font de la résistance, à la grande satisfaction des Ivoiriens. On connaît le célèbre marché de Yopougon Kouté…

Par Latty Camara et Nahounou Koré

Commentaires
Loading...
%d blogueurs aiment cette page :