LA FOLIE DU CALEÇON AMÉRICAIN EN CÔTE D’IVOIRE

0 5

Obtenez des mises à jour en temps réel directement sur votre appareil, abonnez-vous dès maintenant à Attoungblan.net.

En 1990, l’adolescent ivoirien, en pleine mutation, change de style de dessous vestimentaires. Il passe du slip serré uni, ou mille coloris au caleçon américain ou encore culotte américaine. Un style que les petits américains friands de basketball ont adopté depuis belle lurette et qui fait fureur.

Les premiers à arborer cet accessoire masculin, sont évidemment les jeunes de familles aisées qui, eux, voyageaient et étaient au goût du jour en matière de mode. Alors, très rapidement, la vente des caleçons américains devient une activité florissante du côté des marchés comme la Rue 12 à Treichville, Adjamé et même à l’intérieur du pays.

LE «TCHAKOTO», NOTRE CALEÇON TOUT TERRAIN

Ce qui est même fascinant, c’était le génie des couturières qui, avec intelligence, achetaient des tissus dans les tons et cousaient des caleçons américains sur les modèles des originaux. On n’a plus besoin d’être un statois, un canadien, un binguiste pour se l’offrir. Les tons sont multiples. Unis, colorés, bi colorés, patchwork. Tous les hommes changent leurs habitudes. Le caleçon américain est en vogue. Certains hommes un peu ignorants, les portaient même comme vêtements pour sortir, sans se rendre compte de l’audace. Mais, de bonne guerre, cela passait aisément.

Les hommes en sont friands parce qu’ils tiennent à leur virilité. En effet, on racontait que, selon des études médicales, le sexe de l’homme tenu dans un slip classique, subissait une compression qui pouvait entraîner une infertilité. Vrai ou faux, la rumeur n’a fait que développer ce commerce et changer les pratiques de la gent masculine. Qui est fou pour ne pas vouloir enfant et puis on ah se moquer de lui au quartier?

Par Peck Peckisblackman

Commentaires
Loading...
%d blogueurs aiment cette page :