KOUSSÉ-KOUSSÉ

0 33

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

POUR DJ ARAFAT

Koussé-koussé, la nuit est tombée
Avec elle HOUON ANGE DIDIER;
Elle a promené sa funeste obscurité
À travers le paradis du COUPÉ-DÉCALÉ

« …Moi, je gagne temps… »
Et tu t’en es allé tragiquement
Laissant après toi, en ruine
Les espoirs de toute la Chine

Yôrôbô, tout n’est que mélancolie
Le temps, déjà, conjugue au passé
Des discothèques fusent d’obscurs souvenirs
La Chine pleure ta CÉLÉBRITÉ

Arafat, Tout n’est que désespoir
L’inspiration « DAÏSHINOISE » se noie
La Côte d’Ivoire larmoie
La musique croupit dans le noir

Daïshin, les concepts se mêlent
Les pas de danse s’entremêlent
Le Yorokpë a perdu sa lumière
Et depuis tout n’est que regret

Hoche le regard digne PORTE-FLAMBEAU
Les larmes coulent à flot
Ta veuve, tes orphelins, dans la confusion
Inlassablement, pleurent en sanglots

HOUON! HOUON! HOUON! HOUON!
Loin de la Chine ta sourde oreille
Loin d’elle ton profond silence
Reviens vite de tes pérégrinations
Et fais danser aux pas de tes sons
À quand donc ton absence ?
À quand ton sommeil ?

Koussé-koussé : les ténèbres
Yorokpë: flambeau

 Par Ismaël GNONGBO, août 2019

Comments
Loading...
%d blogueurs aiment cette page :