INTRODUCTION À UNE « LITTÉRATURE CELLULAIRE » IVOIRIENNE (5ème Partie)

0 138

Obtenez des mises à jour en temps réel directement sur votre appareil, abonnez-vous dès maintenant à Attoungblan.net.

1. DE L’ÉCRITURE SMS : PRINCIPE SOUS-JACENT ET CONSTRUCTION

1.1. Un principe de base : la transgression par la simplification

1.1.1. L’écriture sms comme transgression de la norme

b) Observation et analyse de quelques textos du corpus

Pour joindre l’acte à la parole ou la pratique à la théorie, tentons de déceler des fautes d’orthographe dans quelques sms provenant du corpus. Il semble évident, à la lumière de ce qui précède, qu’une telle analyse devient inopérante et perd son sens au fur et mesure qu’on monte dans le niveau de transgression du système linguistique de départ. En d’autres termes, plus on s’éloigne de la norme première, moins il est évident de distinguer une faute d’un « SMisme ». D’ailleurs, puisque nous ne parlons de faute que par rapport au système linguistique de base, y a-t-il un sens à rechercher dans une écriture sms, qui est en soi un nouveau système scriptural, des fautes qui le seraient par rapport à un autre système d’écriture ?

INTRODUCTION À UNE « LITTÉRATURE CELLULAIRE » IVOIRIENNE (4ème Partie)

Une analyse des erreurs dans un texto par rapport au système linguistique de départ s’avère ainsi, selon les niveaux de transgression décrits plus haut, très normal au N.0, normal au N.1, compréhensible au N.2, inutile au N.3, et très inutile au N.4. Et surtout quand il s’agit des erreurs d’orthographe et celles relatives à la concordance de genre et de nombre.

– Analyse d’un texto N.0 :

28/04/2013 10:01 : [N’abandonne jamais !] : On part de rien pour aboutir à quelque chose. La vie tant qu’elle existe nous réserve beaucoup de bonnes choses; il n’y a jamais de retard quant au succès et à la réussite. Une année d’opulence fait oublier dix ans de galère. Penses y et ne baisse pas les bras. Que Dieu te bénisse!!! Bonne Journée

À ce stade 0 de notre échelle, on est de plain-pied dans l’écriture standard. L’auteur du texto n’a donc aucune intention d’écrire sms et ne commet aucune faute d’orthographe.

– Analyse d’un texto N.1 :

22/05/2013 19:13 : [La fidélité à Dieu] : Très souvent on entend dire que l’avenir appartient à celui qui se lève tot. Mais le coq se lève tot, pourtant son avenir se trouve ds la sauce. Bizarre, n’est-ce pas? En réalité, l’avenir appartient à celui qui se confie en L’ETERNEL. Demeure donc fidèle à DIEU et il garantira ton Avenir.

Nous sommes en présence d’un texto adossé à la norme du français écrit. C’est l’abréviation « ds » pour « dans », une abréviation pas vraiment nouvelle pour ce mot, qui nous situe au degré 0 de l’écriture sms. Comme dans le cas de figure précédent, il n’y a aucune intention d’adopter le style sms d’écriture. Que l’auteur n’ait pas mis l’accent circonflexe sur le « o » de l’adverbe « tot » peut être considéré comme une faute (peut-être par omission), d’autant plus que, sur l’ensemble du texto, il se montre assez rigoureux par rapport à l’accentuation des mots.

– Analyse d’un texto N.2 :

04/06/2013 09:25 : [Vivre l’aujourd’hui] : Hier nest plu et ne reviendra jamai. Dmain nest qune espéranx qon nest pas sur de voir. Alor assume ojrd8 san accusé hier et san remetre à dmain ce que Dieu te donne loportunité de fair ojrd8. Que Dieu nous donne la force de franchir les obstacles qui se mettrons sur notre chemin! amen! bne jrnée a vs…

Dans ce texto, l’hybridité de l’écriture est presque symétriquement distribuée. L’auteur adopte globalement le style sms dans les premières phrases pour énoncer une sorte de sagesse populaire. Dans la derniere phrase, il abandonne complètement ce style et revient au style standard comme si l’écriture sms n’était plus appropriée pour adresser une prière à Dieu. Cette répartition symétrique des deux types d’écriture dans une composition scripturale hybride est si claire qu’elle autorise à considérer « mettrons » (au lieu de « mettront ») comme une faute. Il aurait voulu écrire ce seul mot dans le style sms qu’il n’aurait pas eu besoin de mettre un « s » à la fin, ni même de doubler le « t », ce qu’il a d’ailleurs déjà fait dans le premier paragraphe en écrivant « remetre » au lieu de « remettre »

27/04/2013 06:14 : [L’amitié] : Si l’amitié avait un visage g suis sure kel te ressemblerait,si mon amitié pr toi etait facturée,g serais la personne la plus endettée 2 ce mond é si 7 amitié etait une intensité,il y aurait tjrs delestage. Tt simplemt,ton amitié pr moi est exceptionnelle parmi tant d’autr g profite ce MATIN pour te fortifier te remercier car tous cela me va droi au coeur g pri dieu pourque il nous garde ensenble sur cette terre. Que Dieu nous benis &bonne journée!

Ce deuxième texto est sans doute encore plus prototypique de l’écriture hybride. Si le texto du premier exemple est globalement le résultat d’un seul va- (style sms) et-vient (style standard), celui qui nous occupe ici est, quant à lui, l’aboutissement de multiples va-et-vient entre la norme et la transgression de la norme. L’hybridité devient donc forcément complexité. On peut cependant considérer comme des fautes le fait que le transcripteur écrive « tous » au lieu de « tout », « pourque il » au lieu de « pourqu’il » ou « ensenble » au lieu de « ensemble ». Et s’en expliquer. En voulant écrire ces mots en toutes lettres, il a décidé de les rendre en écriture standard à l’image de certains éléments de son texto et contrairement à d’autres, puisque nous sommes dans une écriture hybride. En outre, les formes sous lesquelles il les rend ne peuvent se justifier du point de vue de l’écriture sms, où l’on tend plutôt à raccourcir qu’à allonger les mots (par exemple, « tou ou tt » « pourkil ou pourqil », « ensembl ou ensmbl »).

– Analyse d’un texto N.3 :

10/06/2013 22:02 : [Sauver l’essentiel] : Un gar sévanoui, transferé o urgence, le Dr le regard é di: cè 1 AVC, il fo vit l’envoyé o bloc, sinon ds lè 5 minute ki suive tou sn coté droi sera paralysé. Soudain, le gar d’1 gest rapide, prend sa main et décale son sexe sur le coté gauche… ki è fou? Bne nuit

Voici un texto suffisamment éloigné de l’écriture standard pour être considéré comme plus proche de l’écriture sms. Autrement dit, l’auteur de ce texto a décidé d’adopter le style sms, même s’il ne va pas toujours au bout de sa logique. Or, quand on a opté pour l’écriture sms, vaut-il encore la peine de chercher à soigner ce qui relève du standard dans une aventure scripturale de transgression. Le fait que l’auteur succombe par à-coups à la tentation de la norme première, norme forcément plus intégrée, ses concessions sporadiques et imprévisibles à cette norme, ne font que rendre plus fastidieux toute tentative de distinguer le correct de l’incorrect, au moins au regard de l’orthographe et de la concordance de genre et de nombre tels que fixés par la langue française.

Ce texto, à l’image de tous ceux qui correspondent dans leur composition scripturale au N.3 et au N.4 de notre échelle, est donc inadapté pour une analyse des erreurs telle que nous l’avons fait jusqu’ici, c’est-à-dire, en partant du système d’écriture français comme norme. L’auteur ayant définitivement épousé l’écriture sms, c’est donc selon cette nouvelle « norme » qu’il faut évaluer sa production. Mais bien entendu, une telle démarche aurait une base plus objective si le système d’écriture sms était aussi codifié.

Suite: INTRODUCTION À UNE « LITTÉRATURE CELLULAIRE » IVOIRIENNE (6ème Partie)

Par Dr DJANDUÉ Bi Drombé, Version originale achevée en septembre 2013

Commentaires
Loading...
%d blogueurs aiment cette page :