INTRODUCTION À UNE « LITTÉRATURE CELLULAIRE » IVOIRIENNE (2ème Partie)

0 102

Obtenez des mises à jour en temps réel directement sur votre appareil, abonnez-vous dès maintenant à Attoungblan.net.

POUR COMMENCER…

Vous êtes en train de marcher dans la rue, debout ou assis dans un transport public, un bureau, un bar ou une file d’attente. Et soudain, quelqu’un s’esclaffe juste à côté de vous. Il est seul pourtant, vous dites-vous ! Avant de vous demander s’il n’est pas fou, cherchez à voir s’il ne tient pas un portable dans la main. C’est sans doute le fait d’un sms. « Le service de messagerie SMS, plus connu sous le sigle SMS (Short Message Service) ou le nom texto, permet de transmettre de courts messages textuels. C’est l’un des services de la téléphonie mobile. Par rétro acronymie, cette messagerie est également désignée par service de messages succincts. […] Par extension, un SMS désigne également un message transmis par ce biais. » Nous utiliserons la forme minuscule (sms) pour le message composé et transmis, et la forme majuscule (SMS) pour le service ou le système qui le génère.

SMS_40514

Ces sms « pour t’arracher un sourire » ou « pour rire un peu » afin de commencer, de continuer ou de terminer la journée de bonne humeur, connaissent depuis peu une réelle explosion. C’est devenu normal, voire banal. Cela fait désormais partie de notre quotidien. Mais il n’y a pas que l’humour que nous nous passons de portable en portable. Il y a aussi des prières, des leçons de vie issues d’une sorte de sagesse populaire, des alertes de toutes sortes, vraies ou fausses, des jeux, etc. Ce sont les sms pour le bonheur, l’amitié et la joie de vivre. Nous sommes là au carrefour du technologique, du commercial et du sociétal. Trois raisons peuvent expliquer globalement la prolifération de ce type de textos.

INTRODUCTION À UNE « LITTÉRATURE CELLULAIRE » IVOIRIENNE (1ère Partie)

Premièrement, la baisse du coût du téléphone portable est à l’origine de sa démocratisation, tout comme de l’entrée massive de cette technologie de communication dans la vie de l’Ivoirien lambda.

732228

Après le bon sens, c’est peut-être aujourd’hui la chose la mieux partagée. Cela dit, nous sommes loin d’être tous égaux devant le SMS. Les adolescents et les jeunes en sont visiblement les plus grands utilisateurs. On est un peu comme naturellement mis hors-jeu à partir d’un certain âge. Trop « sérieux » ou trop « responsable »  pour utiliser le SMS de cette façon-là. Ou tout simplement peu disposé à le faire parce que pas tout à fait au fait de son fonctionnement. Et pour les tranches d’âge les plus touchées par le phénomène, la communication électronique par sms est devenue aussi naturelle que toutes les formes de communication établies, si bien qu’on cesserait d’être soi-même si on s’en privait.

Deuxièmement, la diversification des opérateurs de téléphonie mobile, nous en étions à six en Côte d’Ivoire il y a quelques années (Orange, MTN, Moov, Koz, Green et Café Mobile), a fortement contribué à la réduction du coût de la communication.

Image2

La situation de monopole terminée, nous sommes dans l’un des secteurs les plus concurrentiels ; la guerre des publicités est ouverte depuis et fait rage. Et sur tous les fronts ! Campagnes publicitaires, sponsoring, parrainages, affichage, radio, télévision, Internet, front social et commercial. Sur ce front commercial, l’octroi de messages gratuits ou à prix forfaitaires, et par centaines ou par milliers, n’est que l’un des nombreux appâts utilisés pour intéresser la clientèle. Que ce soit par quotas, au prorata de la consommation mensuelle ou en souscrivant à certain profil, cette forme de publicité commerciale est pour beaucoup dans le développement d’une véritable « littérature cellulaire », à la fois pour le support utilisé, la taille, la forme et le contenu. Le terme et le concept ne sont pas si nouveaux ; vous verrez !

Troisièmement, pour finir, on peut évoquer tour à tour le sens de l’humour de l’Ivoirien, sans que cela ne soit perçu comme une spécificité, l’humour, dans son essence, n’ayant pas de frontière à l’image de l’amour ; l’inflation de la foi chrétienne au moment où elle est en récession sous d’autres cieux ; et cette longue crise sociopolitique dont nous ne sommes pas encore totalement sortis, vu que le sac de piment, vidé de son contenu, continue de faire tousser à la moindre bourrasque.

À côté des tractations politiques et diplomatiques, l’humour et la foi demeurent sans doute, en quittant les hautes sphères nationale et internationale pour descendre dans le peuple, deux précieux ingrédients dans notre marche individuelle et collective vers la réconciliation. La guerre est trop sérieuse ; en rire après coup est un bon exutoire, un moyen simple de réduire le poids des rancœurs et le piquant de l’actualité. Rire de son mal aide à guérir plus vite, tant il est vrai que la guérison commence dans la tête. Et la foi ? À qui s’en remettre sinon à Dieu ou Allah lorsque le malheur qui vous frappe vient des hommes. Mais en appeler au divin ce n’est pas désespérer de l’humain ! C’est croire que Dieu seul peut changer les cœurs de pierre en cœurs de chair pour nous ramener durablement la paix.

Pour le grand public, mais dans sa deuxième partie, ce texte est un recueil de sms regroupés en quatre catégories comprenant, pour la première, des sous-catégories. La catégorie BLAGUES connaît ainsi quatre déclinaisons : École et actualité, Amour et sexe, Blagues d’inspiration religieuse et Divers. Suivent ensuite les catégories PRIÈRES, POÉTIQUES et SAGESSE. Les textos sont classés par ordre chronologique à l’intérieur de chaque catégorie. La première partie s’adresse au petit public de tous ceux et celles, chercheurs, qui s’intéressent à la littérature et au langage dans toute sa complexité et sa diversité. La troisième partie conclut cette étude et ouvre des perspectives.

Suite: INTRODUCTION À UNE « LITTÉRATURE CELLULAIRE » IVOIRIENNE (3ème Partie)

Par Dr DJANDUÉ Bi Drombé, Version originale achevée en septembre 2013

Commentaires
Loading...
%d blogueurs aiment cette page :