INTRODUCTION À UNE « LITTÉRATURE CELLULAIRE » IVOIRIENNE (13ème Partie)

0 143

Obtenez des mises à jour en temps réel directement sur votre appareil, abonnez-vous dès maintenant à Attoungblan.net.

1. DE L’ÉCRITURE SMS : PRINCIPE SOUS-JACENT ET CONSTRUCTION

1.1.3. La construction de l’écriture sms (4/4)

Méthode de simplification

Procédé ou technique de simplification

 Illustration

ABRÉVIATION – Par apocope « aveugl, entr, pouvan, pa, lir, fameu » pour (aveugle, entre, pouvant, pas, lire e fameux).
– Par aphérèse « Ndk ? » / (On dit quoi ?) ; « Bon 8ken » / (Bon week-end)
– Par suppression de lettres en milieu de mot « sle » / (seule) ; « l’amr » / (l’amour) ; « ts » / (tous) ; « ls » / (les)
– Par raccourci phonologique « otorisé » / (autorisé) ; « cuyèr » / (cuillère) ; « comandé » / (commandé)
– Par substitution numérique « il lè pass a tour 2 rol » ; « « soupe 2 veau aux amande mexicaine » » ; « il 2mande o geran 3 cuyèr »
– Par combinaison de chiffres et de lettres  « n8 » / (nuit) ; « l8 » / (lui) ; « 2mande » / (demande)
– Par insertion de majuscule « 2manD » / (demander) ; « paC » / (passer) ; « atraP » / (attraper) ; « Bon aprè» / (Bon après-midi)
ELLIPSE – Par omission « Y a rien… » / (Il n’y a rien…) ; « Faut travailler… » / (Il faut travailler…)
– Par contraction « Tèou ? » / (Tu es où ?) ; « Kiadi ? » / (Qui a dit ?) ; « Gtm » /(Je t’aime) ; « Slt, komensava ? » / (Salut, comment ça va ?)
SPÉCIALISATION

OU PRÉFÉRENCE STYLISTIQUE

– A travers des formules toutes faites « Ndk ? » / (On dit quoi ?) ; « Mdr » / (Mort de rire) ; « Pkw ? » / (Pourquoi ?) ; « Slt ! » / (Salut !), « Bjr ! » / (Bonjour !) ; « Bsr ! » / (Bonsoir !)
– A travers l’alphabet (k et w) « ki », « ce kil », « ke », « èske », « kw », « vw », « tw », « mw »
EXPRESSIVITÉ – Ponctuation multiple ou répétition de lettre « (((((Bonjour))))) » ; « tou a augmenté koi !!! » ; « vraiment!! » ; « jusskaaaa! »
– Insertion de signes particuliers ou d’images Cette >>====> fleche

INTRODUCTION À UNE « LITTÉRATURE CELLULAIRE » IVOIRIENNE (12ème Partie)

En considérant l’abréviation comme le dénominateur commun à toutes ces techniques de simplification, à l’exception de celles relevant de l’expressivité, on peut observer essentiellement deux types d’abréviations : les abréviations simples et les abréviations profondes.

– Les abréviations simples ; qui se limitent au retranchement d’une ou de plusieurs lettres pour raccourcir le mot. On n’ajoute rien et on ne transforme rien. Elles s’attaquent donc prioritairement aux lettres plutôt qu’aux sons ou aux syllabes, ce qui fait que les mots restent facilement reconnaissables. Les techniques de simplification basées sur l’abréviation simple sont l’apocope, l’aphérèse et la suppression de lettres en milieu de mot, surtout lorsque ces techniques emportent des consonnes.

– Les abréviations profondes ; qui se basent sur les sons ou les syllabes et non sur les lettres, ce qui donne lieu à des transformations ou des substitutions de signes pouvant occasionner une totale disparition du mot, notamment lorsqu’il s’agit de monosyllabiques (« 2 » pour « de » ou « 7 » pour « cette »). La reconnaissance et la lecture des mots en deviennent moins aisées, surtout pour les moins familiers de l’écriture sms poussée à ce niveau de complexité dans la simplification. Les techniques de simplification basées sur l’abréviation profonde, en allant des moins complexes au plus complexes, sont : l’abréviation par insertion de majuscule, l’abréviation par raccourci phonologique, l’abréviation par substitution numérique, l’abréviation par combinaison de chiffres et de lettres et l’ellipse par contraction.

Il est bon de faire remarquer qu’une forme abrégée ou un « SMisme » peut être à la fois le résultat d’une abréviation simple et d’une abréviation profonde, cas d’une aphérèse par substitution numérique, ou de plusieurs techniques à l’intérieur du même type, c’est-à-dire, aphérèse+apocope (abréviations simples) ou  substitution numérique+insertion de majuscule (« 2manD », abréviations profondes). Les formes relevant de la spécialisation ou la préférence stylistique sont soit l’aboutissement d’une abréviation simple (« Slt ! », « Bjr ! », « Bsr ! », suppression de lettres en milieu de mots), soit le résultat d’une abréviation profonde (« Pkw ? », suppression de lettres+transformation de signes: « k » pour « q » et « w » pour « oi » ; « Ndk ? », « Mdr », ellipse par contraction).

Suite: INTRODUCTION À UNE « LITTÉRATURE CELLULAIRE » IVOIRIENNE (14ème Partie)

Par Dr DJANDUÉ Bi Drombé, Version originale achevée en septembre 2013

Commentaires
Loading...
%d blogueurs aiment cette page :