INSTANT HUMOUR: LE MÉTIER D’INFIDÈLE

0 119

Obtenez des mises à jour en temps réel directement sur votre appareil, abonnez-vous dès maintenant à Attoungblan.net.

Bon, les gos, comme depuis là vous faites palabre entre vous, je vais vous ouvrir les yeux ce matin parce que vous ne maîtrisez rien et puis vous parlez seulement. Voilà le vrai point qui est là, il y a la titulaire, la maîtresse titulaire, la tchiza, les un ton un ton et enfin la pépinière. Voici le staff qui fait d’un individu un homme normal.

La titulaire a ses pagnes, c’est elle qui a gagné le match. Au quartier son nom c’est « maman de…. » Quand on la regarde aujourd’hui, on se demande comment elle a bien pu faire pour gagner le match. Mais sans blague, dans sa jeunesse elle était beaucoup plus jolie que toutes les autres du staff. Y’a même pas match.

La maîtresse titulaire, elle, respecte la titulaire comme on vénère Dieu. Dans sa tête, elle est l’héritière directe du trône. C’est Dieu qui a fait que tu as croisé ta femme avant elle, sinon… Quand tu es en palabre avec la titulaire elle te gronde; elle te dit « eeeh noonn toi aussi faut pas faire çaaa… » Elle te donne des conseils et souvent même elle achète des cadeaux pour que tu donnes aux enfants. Quand elle achète quelque chose pour les enfants, ça leur rentre juste, toi-même tu te demandes comment elle a su. Elle ne peut jamais prétendre chasser madame. Quand y’a décès et que madame ne peut pas partir, le relais lui revient automatiquement. Les femmes de tes collègues pensent toujours que c’est elle ta femme.

La maîtresse titulaire ne peut faire palabre qu’avec la tchiza et la pépinière en cas de découverte. Elle fait palabre de la titulaire et elle a généralement le même âge que ta femme.

La tchiza elle ne connaît pas ta femme, elle pense que c’est ta maitresse titulaire qui est ta femme, donc elle pense insulter ta femme sans savoir que même si ta femme meurt elle ne sera pas encore ta femme. La tchiza ne sait pas que le village est très vaste. La tchiza, quand toi-même tu la regardes, tu sais que quelqu’un d’autre gère ça mais quand tu bois une autre gorgée de bière ton idée change. Normalement, un homme bien portant doit s’en foutre un peu mais y’a des maudits qui s’en vont tomber amoureux là-bas, donc ils se mélangent et on les attrape.

Les un ton un ton aussi sont là. Elles, elles sont comme moustiques, on les tue sans état d’âme. La pépinière, elle, ne doit jamais apparaître à l’écran, même tes gars sûrs ne la connaissent pas. Le jour qu’ils la voient eux-mêmes ils sont fiers et puis ils font comme s’ils sont surpris, genre ils ne sont pas dedans, mais on se connait.

Donc la tchiza telle qu’on en parle dans votre chanson ding dong ding dong là vraiment elle n’est qu’au deuxième sous-sol hein, elle n’est jamais la dernière de la chaîne. Alors quand vous faîtes vos palabres là nous on est assis et puis on rit seulement. C’est vrai que la tchiza mange assez de volaille, elle danse beaucoup, mais elle ne peut pas parler de la titulaire comme ça devant nous, jamais. Elle est fière parce qu’elle pense qu’elle est la dernière à bouffer ton blé ; mais elle ment, derrière village y’a village. Donc les tchizas sachez qu’entre vous et la titulaire y’a quelqu’un et après vous y’a encore un petit monde. Souvent même tu as deux ou trois tchizas, ça dépend maintenant du djai que Dieu rassemble pour toi. Je m’arrête ici mais et je vous dis hein, la titulaire c’est un serpent boa hein, pour t’avaler c’est un jeu pour elle, c’est pas votre camarade même !!!

Par Elvis BABIZ

Commentaires
Loading...
%d blogueurs aiment cette page :