DEUX MOTS NOUCHI À LA MÊME RACINE : « GBÔ »

0 35

Obtenez des mises à jour en temps réel directement sur votre appareil, abonnez-vous dès maintenant à Attoungblan.net.

Dans les années 2000, l’expression « prends mon gbô » a fait les beaux jours du nouchi en Côte d’Ivoire. Aujourd’hui, je l’entends beaucoup moins. En nouchi, en effet, l’espérance de vie des mots est connue pour être très courte. À moins d’avoir la peau dure. Ce « prends mon gbô » exprime l’amitié, la convivialité et la confiance. On le dit en tendant le poing fermé à son interlocuteur qui sort aussi le sien de telle sorte que les deux poings s’embrassent. Chacun peut ensuite, en retirant son poing, le porter sur le côté de sa poitrine où se trouve le cœur, comme pour faire marquer des points supplémentaires à la confiance en la rapprochant de la complicité.

GBO2

L’expression était devenue si courante que Laurent Gbagbo, l’alors président de la république, se laissait quelques fois aller au gbô avec ses militants. Un pagne aux motifs comprenant de petits ronds colorés s’était aussi vu baptiser  « prends mon gbô ». Enfin, plusieurs artistes (zouglou, coupé-décalé, chantres) ont utilisé l’expression dans des chansons, notamment le  Bishop Kodja Guy Vincent dans « Jésus prend mon gbô ».

Il faut déduire de tout ce qui précède que gbô désigne le poing. On peut d’ailleurs considérer le mot comme une onomatopée imitant le bruit d’un coup de poing bien administré. Le verbe gbôlô fait écho de ce rapprochement conceptuel, lui qui veut dire littéralement « frapper en donnant un coup de poing violent, rouer de coups ». Exemple : Y’a un voleur qu’ils ont attrapé hier, façon ils l’ont gbôlô quoi ! Un second mot est formé à partir de cette même racine gbô. Il s’agit du substantif agbôlô. Un(e) agbôlô ou agbôlôté est une personne à la musculature très développée, un homme ou une femme forte, très solide. D’où l’affiche publicitaire en Une de cet article.  

Par Dr. DJANDUÉ Bi Drombé

Commentaires
Loading...
%d blogueurs aiment cette page :