DE « NIANNOU » À « NIANNIN » : ON SE PASSE LE MIROIR !

0 98

Obtenez des mises à jour en temps réel directement sur votre appareil, abonnez-vous dès maintenant à Attoungblan.net.

J’ai appris de ma grand-mère, par l’intermédiaire de ma mère, qu’avant de connaître le miroir, les Gouro utilisaient l’eau et l’huile rouge pour se mirer. C’était sans doute le cas pour d’autres peuples tels que les Baoulé et les Agni qui, ayant aussi connu le miroir grâce aux échanges avec les colons européens, l’ont appelé « niannou », ce qui veut dire littéralement « regarde dedans ».

En gouro de Sinfra et Nananfla, le terme « niannin » qui désigne le miroir est donc un emprunt au Baoulé, étant donné la proximité géographique entre les deux peuples. Le passage de la composante « nou » à « nin » suppose une tentative d’assimilation du mot étranger, mais l’adjectif « nin » signifie « petit, enfant », ce qui semble être une référence à la forme généralement réduite du miroir pour qu’il tienne dans la main.

J’ai souvent entendu dire que le « vrai gouro » est celui de Zuénoula. Cela semble se justifier pour le mot qui nous occupe ici comme pour bien d’autres, puisqu’il faut remonter à ce latin du gouro pour trouver la vraie appellation du miroir dans notre langue : « vli’n nin » du côté de Zuénoula et « vli gli’n » dans la zone de Vavoua.

Dans un cas comme dans l’autre, nous avons à faire à une forme contractée de l’expression « vli gli’n nin », c’est-à-dire « le petit objet servant à se regarder soi-même », « vli » renvoyant au « self » anglais (« soi-même ») et « gli’n » signifiant « regarder ». Quant à l’adjectif « nin », il faut en réalité l’associer au substantif « fê » (« objet, chose ») pour comprendre « petit objet » ou « petite chose ». Si bien qu’on est même parti de plus loin que « vli gli’n nin » : « vli gli’n fê nin ».

Que ce soit donc pour le baoulé/agni (« nian ») ou pour le gouro (« gli’n »), la base de la construction lexicale est le verbe « regarder », ce qui tient de l’usage de l’objet « miroir » plus que de toute autre considération.

Par Dr Djandué Bi Drombé

Commentaires
Loading...
%d blogueurs aiment cette page :