DANS LES MAILLES DE LA «MARMAILLE» IVOIRIENNE

0 53

Obtenez des mises à jour en temps réel directement sur votre appareil, abonnez-vous dès maintenant à Attoungblan.net.

Ceci n’est pas du journalisme d’investigation, alors gardons notre calme. Je propose juste une réflexion sur un cas de resémantisation de mots du français standard par les nouchiphones ivoiriens qui raffolent de ce procédé de création lexicale. Il est question ici du mot «marmaille». Au départ une marmaille est, en langage familier, un «groupe nombreux de jeunes enfants bruyants».

Mais depuis un moment, en Côte d’Ivoire, le mot est sur toutes les lèvres avec un sens à plus de 6000 kilomètres de là. Le dictionnaire français parle de «jeunes enfants bruyants». On doit au bouillant et bruyant Révérend Général Makosso Camille, «le général de la haute marmaille», d’avoir été celui qui, s’il n’en est le créateur, a vulgarisé le concept aussi bien par son style de vie que par ses vidéos régulièrement postées sur les réseaux sociaux.

Ainsi, employé actuellement dans le contexte ivoirien, le mot «marmaille» ressemble à un grand filet qui capture dans les mailles de sa polysémie l’ensemble du riche vocabulaire local relatif à la corruption et au broutage, aux trafics de tous genres, faux coups et autres coups bas, au mensonge institutionnalisé et à la truanderie. D’où d’ailleurs, dans la foulée, la notion de «haute marmaille». Quant au verbe marmailler qui en dérive, il signifie s’adonner à des activités aux contours très flous.

Fini le temps des petits brouteurs en perte de vitesse, des escrocs de bas étage qui écument les quartiers, les marchés et le cyberespace en quête du pain quotidien, la «marmaille» est une autre dimension de la corruption et du broutage où se croisent et se côtoient Hommes politiques, Hommes de Dieu, Hommes d’affaires, haut gradés de l’armée et gourous de sectes, artistes et sportifs de haut niveau. La marmaille, c’est un peu la mafia à l’ivoirienne.

Pour coller à l’actualité du moment, la marmaille se trouve dans les «rouages» de la FIF (Fédération Ivoirienne de Football) que ne maîtrise pas le candidat Didier Drogba selon un ancien joueur, le scandale du trafic de drogue impliquant une haute personnalité de la république, les marchés gré à gré, le détournement massif de deniers publics, la nébuleuse de l’orpaillage clandestin, les surfacturations abusives de projets, la vente des places aux concours nationaux, etc.

Voici comment après s’être rendu tristement célèbre par le phénomène du broutage, la Côte d’Ivoire fait aujourd’hui dans la marmaille. Avec les marmailleurs, le métier de brouteur s’est fortement diversifié et ramifié au point de toucher au cœur de l’État dans une proportion ahurissante. Ils ont pour arme le mensonge à sang froid, la mystification et cette éloquence diabolique capable, comme dans la fable, de vous ôter un fromage du bec. «Tout flatteur vit aux dépens de celui qui l’écoute»; il en va du marmailleur comme du renard de La Fontaine.

Par Dr. Paul-Bathesty DROMBÉ

Commentaires
Loading...
%d blogueurs aiment cette page :