« COUPER IGNAME AVEC QUELQU’UN »

0 151

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Tournures exprimant l’idée d’éconduite d’un soupirant voire de rupture d’avec quelqu’un

Bien que chacune des tournures ci-après puisse exprimer les deux nuances associées (l’éconduite et la rupture) selon le contexte, certaines d’entre elles ont une prédilection pour l’une ou l’autre situation. Ainsi, casser le cou de quelqu’un, couper igname avec quelqu’un et casser (sous-entendu avec quelqu’un) conviennent-ils préférentiellement à l’idée de rupture.

  • Elle a cassé mon cou.
  • J’ai chié sur mon mouvement (ici en particulier, l’éconduite s’est faite en des termes peu amènes voire franchement désobligeants).
  • Ils ont coupé igname.
  • On a cassé = On a rompu.
  • Elle a bouclé sur moi.
  • Il a damé sur moi.
  • Elle a froissé sur moi.

POURQUOI « DOUO NOU KPÊLÈ »?

L’« igname » est un tubercule consommé en Côte d’Ivoire en général, au Centre et à l’Est en particulier et dont la célébration de la fête figure dans le calendrier traditionnel du groupe ethnique Akan (Baoulé, Agni, etc.). Couper igname, qui est une expression du terroir, marque ainsi la rupture des bonnes relations antérieures entre des personnes d’une même famille ou pas, des amis, des relations de travail, etc. La tournure s’emploie donc en situation de « brouille » avec cessation momentanée ou durable de fréquentation mutuelle antérieure.

Par BOHUI Djédjé Hilaire, Petit recueil d’ivoirismes, 2015, p.73

 

Comments
Loading...
%d blogueurs aiment cette page :