CÔTE D’IVOIRE : LE BAL MASQUÉ DES HYPOCRITES (4ème Partie et Fin)

0 73

Obtenez des mises à jour en temps réel directement sur votre appareil, abonnez-vous dès maintenant à Attoungblan.net.

LE VOCABULAIRE DE L’HYPOCRISIE

Le vocabulaire de l’hypocrisie est très riche et varié : démocratie, alliances, front républicain, boycott actif, Rhdp, parti politique, vote, poste politique, majorité présidentielle, partage de pouvoir, nomination, prix d’excellence, médailles d’honneur, chancellerie, grande médiature, média d’État, campagnes électorales, etc. La conséquence est triste : « Si le 26 janvier, tu n’es pas Rhdp, tu libères le tabouret« , (Lambert Kouamé). Certains ont bâti des fortunes incroyables, se sont fait un nom, une réputation et ont assuré un avenir glorieux à leurs descendants grâce à l’argent volé, dans l’impunité la plus totale, d’où l’arrogance, la suffisance et le mépris affichées.

La dérive verbale est parfois à son comble ; et ce sont les militants radicaux qui en raffolent. Dans une conférence animée le samedi 17 mars 2018, l’inspecteur du Pdci-Rda, le ministre Gnamien Yao, par ailleurs grand conférencier du parti, recadre les choses: « Celui qui insulte n’est pas Houphouëtiste. Houphouët n’insulte pas, il convainc. Des gens parlent d’Houphouët sans le connaître » (IvoireSoir, 19 mars 2018).

CÔTE D’IVOIRE : LE BAL MASQUÉ DES HYPOCRITES (3ème Partie)

Dans un pays où la justice a foutu le camp, où les germes de la dictature semblent s’enraciner au fil des mois, où l’exécutif se superpose au judiciaire, il est presqu’impossible de trouver actuellement un mécanisme pour panser les plaies béantes des frustrations de deux décennies et guérir les cœurs. Quelle parade pour créer les conditions d’un vivre ensemble heureux face à l’épée de Damoclès d’un tout puissant roi-tyran si ce n’est la justice divine? Gbagbo a aidé Alassane Ouattara et la communauté internationale à chasser Bédié du pouvoir en décembre 1999. Bédié lui a ramené l’ascenseur en avril 2011. Si une autre alliance semble se profiler à l’horizon, le pire reste toujours à craindre, non à l’intérieur de cette alliance, mais dans la bataille rangée qui pointe entre tenants du pouvoir qui tentent par la force de reproduire l’épisode Guéi et les partisans de la nouvelle alliance. Prions pour que le pire ne se reproduise pas.

Tous, nous sommes convaincus qu’il y a eu des incompréhensions et des coups bas de part et d’autre. La nécessité de se mettre au-dessus de la mêlée s’impose à tous les acteurs politiques ivoiriens et les « pro » pour que vive la population innocente. Les rancœurs et harcèlements doivent cesser. Il faudra aussi un repenti et un pardon sincères de la part des fautifs à commencer par toute la classe politique sans exception. Il faudra aussi un engagement personnel et ferme, non pas celui hypocrite que les médias ont ventilé à grande échelle et qui a coûté les yeux de la tête au pauvre contribuable ivoirien.

Nous avons besoin d’institutions fortes, et c’est ce que Jerry Rawlings avait affirmé à sa prise du pouvoir : «Nous allons mettre en place des institutions si fortes que, même si le diable en personne arrivait au pouvoir il lui sera impossible de faire ce qu’il veut. Le dernier mot reviendra toujours au peuple ghanéen». N’a-t-il pas réussi son pari ? Ne pouvons-nous pas dupliquer ce modèle chez nous sachant bien que, comme l’affirme Émile de Girardin dans Les pensées et maximes (1867) « Il y a une fausse humanité dont il faut se défier autant que de la fausse vertu se nommant hypocrisie.» Ainsi, les dirigeants n’auront plus à diriger pour perpétuer une assurance tous risques à leurs descendants, mais à tout le peuple ivoirien. Le dernier combat de Bédié et Gbagbo devrait sceller cette alliance forte que le Pdci a tendue au Rdr, de façon royale, mais qu’il a refusée. Le jeu des nouvelles alliances est ouvert, et celui qui ne rentre pas dans ce nouveau schéma se bote lui-même en touche pour toujours.

Par Dr YAPI Michel

Commentaires
Loading...
%d blogueurs aiment cette page :